De la restitution intelligible à la réappropriation active : les enjeux locaux du retour des données audio-visuelles des ethnologues

Journée organisée par Philippe Erikson ((EREA-LESC) et Jean-Michel Beaudet (CREM-LESC), dans le cadre de l’ANR FABRIQ’AMLa fabrique des « patrimoines » : Mémoires, savoir et politique en Amérique indienne aujourd’hui. Cette journée d’étude internationale s’attachera à l’analyse des enjeux entourant la restitution des données audio-visuelles des ethnologues aux populations dont elles émanent originellement.

Le 30 janvier 2015, MAE, LESC, salle 308, de 10h à 18 heures

La journée sera consacrée à une réflexion sur les usages locaux des données audio-visuelles que les ethnologues rapportent de, traitent, puis ramènent sur leurs lieux d’enquête respectifs. Ces données sont le plus souvent restituées avec, en arrière-plan, une intention patrimoniale. On espère souvent les voir préservées sur place comme témoignage d’un passé valorisé, monumentalisées dans l’équivalent local de musées, bibliothèques, photothèques, sonothèques ou centres culturels de tout ordre. Or les acteurs locaux les utilisent fréquemment à des fins tout autres : comme instruments politiques, comme supports de mémoire ou de création de discours (historiques, musicologiques, généalogiques…) répondant à des préoccupations et des projets qui leur sont propres, ancrés dans des stratégies locales contemporaines.

Pour le dire autrement, les ethnologues enregistrent, analysent, transforment, puis restituent leurs données avec une visée clairement patrimoniale, mais qu’en est-il à l’échelle locale, dans des contextes où l’archivage et la conservation constituent rarement des enjeux prioritaires ? Il s’agira donc de s’interroger sur la manière dont les données anciennes sont non seulement valorisées pour elles-mêmes (dans une optique mémorielle) mais de surcroît utilisées pour valoriser à leur tour des pratiques plus contemporaines. Partant de ce constat que les données restitués deviennent fréquemment le support d’une activité créatrice et réflexive qui ne relève pas de la simple démarche conservatoire, on s’intéressera à ce qu’on pourrait appeler leurs modalités de ré-indigénisation.

Quels débats, quelles tensions, quelles polémiques peuvent provoquer le retour d’un CD ou d’un film, par exemple ? Quels conflits (ou au contraire quels enthousiasmes) créent-il ou réactivent-ils ? À quelles finalités extra-patrimoniales de tels objets sont-ils soumis ? Servent-ils de source d’inspiration pour de nouvelles créations ? De supports pour des discours sur l’évolution récente d’une tradition ou de prétexte pour la légitimation de telle ou telle pratique nouvelle ?

Les objets restitués suscitent des lectures et des projets différenciés selon les catégories sociales, d’âge, de genre… On se demandera donc quels paramètres pèsent sur le travail de réappropriation (par exemple la proximité généalogique avec les producteurs originels ; les projets économiques, politiques et même culturels des différents acteurs ; les statuts respectifs des uns et des autres…). Outre des questions éthiques et politiques, cette journée sera aussi l’occasion de s’interroger sur des questions concrètes, telles l’impact sur leur devenir local du support choisi pour le rendu des données. Restituer en ligne, par les ondes, sous forme de cassettes, de CD/DVD, ou au moyen de clefs usb, par exemple, touche des acteurs et des publics différents, d’âge et de conditions sociales différentes, induisant certainement des formes de réappropriation distinctes auxquelles nous nous efforcerons de réfléchir à partir d’expériences vécues sur divers lieux d’enquête en Indonésie (Toraja) et dans les Amériques, en Bolivie (Chacobo), au Brésil (Ikpeng, Tikuna), en Guyane Française (Wayãpi), et au Pérou (Amahuaca).


Programme (prévisionnel)

9h30 Accueil des participants

9h45-10h Philippe Erikson (EREA-LESC) : Présentation de la journée ; introduction

10h-11h30 Edmundo Pereira (Universidade Federal do Rio de Janeiro) : Dissensions Tikuna autour de la restitution d’enregistrements sonores

Pause

11h45-12h30 Jean-Michel Beaudet (CREM-LESC) : Retour aux Wayãpi (GF)

12h30-13h00 discussion

Déjeuner

14h00-14h45 Patrick Menget (EPHE) : Expérience de restitution de données aux Ikpeng

14h45-15h30 Christopher Hewlett (University of Saint-Andrews) : Returning Robert Carneiro’s data to the Amahuaca

Pause

16h00-16h45 Dana Rappoport (Cnrs, Centre Asie du Sud-Est) : Restituer aux Toraja (Sulawesi, Indonésie)

16h45-17h30 Discussion/Débats