Gallia 72.1 – La naissance des capitales de cités en Gaule Chevelue

Gallia 72.1 – La naissance des capitales de cités en Gaule Chevelue

Sous la direction de Michel Reddé et William Van Andringa

CNRS Éditions
ISBN : 978-2-271-08834-5
Décembre 2015
59 euros

Revue Gallia

Commander l’ouvrage

Sommaire et résumés


Si les quelques lignes de Dion Cassius et Tite-Live sur les années 15-12 av. J.-C. laissaient deviner une intervention décisive d’Auguste dans l’organisation des cités de la Gaule Chevelue conquise par César, ponctuée par la fondation, déterminante d’un point de vue politique, de l’autel du confluent à Lyon, il manquait encore un bilan archéologique récent sur la mise en place des villes chefs-lieux, corollaire inévitable de la formation des cités. Selon quels rythmes, quelles modalités, quels projets urbanistiques, les villes capitales de cités furent-elles créées ? Quels en furent les acteurs, humains et divins ? Peut-on déterminer les implications de chacun des partis, romain et local, et l’importance de l’héritage protohistorique ? Le modèle urbanistique de la ville méditerranéenne adapté aux contextes historiques gaulois répond-il à une réalité archéologique ou à un « Idealtyp » ? Ce volume présente une enquête archéologique large, fondée sur l’étude de 18 capitales de cités, d’Auch/Elimberris en Aquitaine césarienne à la Nimègue des Bataves aux limites de l’Empire, et intégrant les résultats les plus récents des chantiers urbains. Sont ainsi dévoilées les premières traces de l’urbanisme des villes romaines de Gaule intérieure (ornières, fossés, alignements de trous de piquets, fosses d’extraction des matériaux), de même qu’est mis en évidence le rythme saccadé du développement des projets urbanistiques, avec des accélérations témoignant sans aucun doute de situations de négociations où les programmes développés à l’échelon local ont répondu à une volonté pressante du pouvoir romain. Ces dossiers archéologiques, inédits pour une grande part, permettent de proposer une synthèse en deux parties sur un processus historique fondamental qui marque l’avènement de la civilisation municipale en Gaule.

Michel Reddé est directeur d’études à l’École pratique des Hautes études (Paris) et titulaire de la chaire d’histoire et archéologie de la Gaule romaine. Spécialiste des frontières de l’Empire et d’archéologie militaire, il a dirigé différents grands chantiers de fouilles dans le Sahara égyptien et, en France, à Mirebeau, Alésia, Oedenburg (Alsace). Il est actuellement à la tête d’un grand programme européen consacré à l’étude des campagnes du nord-est de la Gaule (ERC Advanced Grant).

William Van Andringa est professeur à l’université Lille-III et directeur de recherches au Collegium for Advanced Studies de Helsinki. Il effectue des recherches depuis plus de vingt-cinq ans sur les provinces de Gaule ainsi que sur les cités du Vésuve, deux espaces géographiques et deux contextes sur lesquels il a publié un grand nombre d’articles et d’ouvrages portant notamment sur les transformations religieuses ainsi que sur l’organisation des pratiques et des espaces funéraires à l’époque romaine.

Cet ouvrage a été publié avec la précieuse collaboration de Martial Monteil, maître de conférences à l’Université de Nantes ; il a bénéficié de la collaboration de chercheurs et spécialistes issus de l’Inrap, des collectivités, de l’Université, du CNRS et de diverses institutions d’Allemagne et des Pays-Bas.