Sommaire
Hommage
à R. Ginouvès
 
  Ses recherches
 
  L'odéon et les thermes d'Argos
 
 
 


Argos, détail de l'Odéon, la cavea


l'Odéon, les gradins droits


Argos, les Thermes, détail

© A.M. Guimier-Sorbets (UMR ArScAn), 08/2003
 


par Francis Croissant
Professeur émérite d'Archéologie grecque à Paris I
Panthéon Sorbonne

  Membre de l’Ecole française d’Athènes à partir de 1952, René Ginouvès fut rapidement appelé à participer à la reprise des fouilles sur le site d’Argos, qui devait rester durant toute sa carrière au coeur de ses préoccupations d’archéologue. En quelques années, de 1953 à 1958, l’exploration de deux édifices majeurs — l’Odéon et les grands Thermes — et la découverte d’une luxueuse maison ornée de mosaïques figurées lui permirent de renouveler l’image de la cité d’époque impériale, et il fut heureux de prendre part à la construction du nouveau Musée par l’Ecole française. Ces recherches argiennes, qu’il poursuivit jusque dans les années 70 en y associant généreusement ses élèves, furent l’une des sources principales de la réflexion théorique sur l’architecture antique à laquelle fut consacrée par la suite une part essentielle de son activité scientifique.   Mais sa conscience aiguë des responsabilités sociales qu’impliquait la fouille d’une ville en plein extension comme Argos, dont il rappelait non sans fierté qu’il avait été fait citoyen d’honneur, lui fit aussi concevoir dès 1980 un ambitieux projet d’intégration de l’exploration archéologique au développement urbain. Sur la base d’une coopération entre le Service grec des Antiquités, l’Ecole française et le CNRS, une équipe pluridisciplinaire d’archéologues et d’architectes-urbanistes fut ainsi constituée, à laquelle il ne ménagea pas son appui et qu’il fit constamment bénéficier de son expérience, de son imagination et de son infatigable enthousiasme.  
  Autres témoignages
  Présentation de son ouvrage