Sommaire
Hommage
à R. Ginouvès
 
  Son enseignement
 
  Hommage à mon professeur
 
 
 

par Nassera Zaïd
post-doctorante, Université Paris X, UMR ArScAn



 

 

 
Exemples de baignoires antiques
René Ginouvès avait une grande affection pour ses étudiants et ne manquait jamais une occasion de leur montrer. Il nous respectait et nous considérait et j’aurais aimé prolonger encore quelque temps ces discussions passionnantes que nous avions tous ensemble au 3e étage de la rue Michelet. René Ginouvès est décédé, quelques semaines avant la soutenance de ma thèse, après qu’il m’eut fait part de ses derniers commentaires. Et depuis, je garde le souvenir de ce professeur souriant, généreux et sincère, toujours disponible, qui m’a constamment encouragée et soutenue dans ce difficile travail de thèse.Tout a commencé, en 1982, à Nanterre, par l’histoire du bain chez les Grecs. Chaque semaine nous étions plusieurs dizaines à suivre assidûment ce passionnant feuilleton d’un autre temps où, à notre grande surprise, il nous apprenait que les Grecs utilisaient déjà la baignoire…
 
Gortys
© A.M. Guimier-Sorbets
Après moult croquis esquissés sur le tableau et un discours imagé, l’épisode se terminait systématiquement par une dernière question et un large sourire signifiant que la réponse ne viendrait qu’au prochain cours. Et curieux, nous revenions… Car René Ginouvès savait captiver son auditoire. Quelques années plus tard, rue Michelet, nous n'étions plus qu’une poignée à nous serrer dans son bureau, trop exigu pour recevoir plus de dix étudiants. Malgré l’étroitesse du lieu, il trouvait toujours une solution pour loger un nouveau venu ou un ami grec de passage à Paris. Jamais nous n’avons imaginé changer d’endroit, comme si ce lieu renfermait tout ce que nous aimions le plus chez cet homme brillant : enthousiasme, passion et érudition.
 
Olynthe

©
Y. Morizot (UMR ArScAn)
  Autres témoignages