Sommaire
Hommage
à R. Ginouvès
  Son enseignement
 
  A l'université de Nancy (1962-68)
 
  Par Yvette Morizot
Université Paris X, UMR ArScAn
   
  Delphes, sanctuaire d'Athena Pronaia.   Delphes, sanctuaire d'Apollon.
© Y. Morizot (UMR ArScAn)
 

Venant de Rennes, René Ginouvès, prit à Nancy la succession de F. Chamoux comme professeur. Son enseignement portait sur l’art préhellénique, l’art grec et romain, et touchait à d’autres cultures (Proche Orient, Egypte, Etrusques). Il développait de préférence ses thèmes de recherche, architecture, mosaïque, réalia, en particulier le bain, et des études de sites majeurs ; l’ascension de la voie sacrée du sanctuaire de Delphes, sur les pas de Pausanias, prit trois ans. Ces programmes étaient loin d’épuiser la polyvalence de R. Ginouvès, puisqu’il parlait de Picasso, de Le Corbusier et de l’architecture.contemporaine.

 

Les auditeurs séduits par la sensibilité et la poésie de sa vision se pressaient à ses cours. Les étudiants appréciaient sa modernité, son tempérament méditerranéen chaleureux, sa disponibilité pendant ses séjours lorrains. Des volontaires s’occupaient des diapositives et de la petite collection archéologique attachée au département, ou rédigaient des fiches descriptives de mosaïques, en relation, déjà, avec un projet d’application de l’informatique à l’archéologie. Ils se livraient à ces tâches le plus souvent en compagnie du maître, environnés de tableaux contemporains où figuraient des collages qu’il avait réalisés avec sa mère.

 
  Olynthe, mosaïque de galets du Bellérophon   Tapis de seuil de cette même mosaïque, griffons attaquant un cerf.
© Y. Morizot (UMR ArScAn)
  Autres témoignages