Jessica GOUX – Controverse en Terre d’Arnhem : où enterrer le défunt Dr. Yunupingu ?

« Controverse en Terre d’Arnhem : où enterrer le défunt Dr. Yunupingu ? »

Jessica GOUX
École des hautes études en sciences sociales

LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments.
11e colloque annuel de la MAE

Retour aux vidéos


Sur tout le continent australien, les lieux de conception et d’enterrement sont d’une importance capitale pour les communautés aborigènes. Je présenterai ici une controverse qui ébranla toute la communauté aborigène Yolngu de la terre d’Arnhem en août dernier. La dispute porte sur le lieu d’enterrement du Dr. Yunupingu : elle oppose la veuve souhaitant la mise en terre du défunt sur son lieu de résidence conformément à son testament, et le frère aîné de ce dernier, leader actuel du clan patrilinéaire du mort, invoquant la « Loi Yolngu » afin de l’enterrer sur la terre clanique. Or le territoire est un point nodal qui sous-tend la cosmologie et la mise en oeuvre de la vie sociale, et participe à l’individuation des êtres. C’est-à-dire qu’un individu a toujours des droits et des devoirs sur un ensemble composite de territoires ; lesquels sont soit transmis par la parentèle, soit acquis par des évènements marquants et localisés : lieu de conception, de naissance, d’enterrement d’un parent proche. L’analyse des points de friction autour du choix d’un lieu d’ensevelissement convenable, et des arguments invoqués permet de mettre à jour des questions essentielles s’articulant autour de la localisation des morts : quel est le poids du pouvoir décisionnel individuel face à celui du clan ? Quels sont les enjeux et intérêts personnels ou claniques relatifs à la localisation de la sépulture d’un parent ? Et enfin quelle est la portée des lois aborigènes et australiennes sur le traitement des morts ?