Julio BENDEZU SARMIENTO et Johanna LHUILLIER – Les « silos funéraires » de l’âge du Fer en Asie centrale : dépotoirs, ossuaires, monuments de mémoire ou structures de sacrifice ?

« Les « silos funéraires » de l’âge du Fer en Asie centrale : dépotoirs, ossuaires, monuments de mémoire ou structures de sacrifice ? »

Julio BENDEZU SARMIENTO
Directeur-adjoint de la Délégation Archéologique Française en Afghansitan
détaché CR1 CNRS-UMR 7041
Page personnelle

Johanna LHUILLIER
Post-doctorante, Deutsches Archäologisches Institut, Eurasien Abteilung
Page personnelle

LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments.
11e colloque annuel de la MAE

Retour aux vidéos


En Asie centrale méridionale, le passage de l’âge du Bronze à l’âge du Fer (vers 1500 av. n.è.) s’accompagne de profondes transformations matérielles, économiques et probablement socioreligieuses avec la disparition des nécropoles et des inhumations. Ce phénomène est souvent associé à l’apparition du proto-mazdéisme, religion qui prônera par la suite l’exposition et le décharnement du corps comme traitement funéraire.

Une étude approfondie des restes osseux découverts dans plusieurs sites, dont certains fouillés par les auteurs, indique la présence d’ossements humains épars dont quelques-uns portent effectivement des traces actives de décharnement. Néanmoins, il existe également d’autres pratiques plus marginales : sépultures individuelles ou multiples, primaires ou secondaires, dans lesquelles seule une sélection d’ossements ou de portions du corps était déposée dans des silos reconvertis à cette occasion en contenants funéraires.

Alors même que les lieux primaires de décharnement nous demeurent inconnus, la présence de ces sépultures atypiques à l’intérieur d’un lieu de stockage indique l’existence d’un lien particulier entre les vivants et certains morts, une sorte de « monument » où se retrouvent les mondes terrestre et chtonien. Mais s’agit-il réellement d’un espace funéraire ? Et si c’est bien le cas, comment l’interpréter ? Quel était le statut des individus inhumés ? Comment les ossements à conserver étaient-ils choisis ?