Le monde à l’épreuve de l’asile

Le monde à l’épreuve de l’asile
Essai d’anthropologie critique

de Didier Fassin

Collection « Conférence Eugène Fleischmann« , dirigée par Michel ADAM
ISBN : 9782365190206
38 pages
format : 240 x 160 mm
Prix : 10 €

Commander l’ouvrage

 


Le problème des réfugiés, qui se pose avec acuité depuis un siècle, a connu au cours de la période récente de tragiques développements en raison de l’accroissement de la population fuyant les guerres, les persécutions, les catastrophes et la paupérisation, mais aussi et surtout à cause des réactions d’hostilité et de rejet observées en maints endroits de la planète. Ayant conduit pendant une quinzaine d’années des enquêtes sur l’asile en France et plus récemment en Afrique du Sud, Didier Fassin propose de reconsidérer ce que nous croyons savoir mais ne parvenons plus à penser autour de cette « question réfugiée » à travers une triple approche : généalogique, afin de remonter aux origines de l’asile ; géographique, pour rendre compte de la mondialisation de ses enjeux ; ethnographique, en s’attachant aux pratiques ordinaires d’octroi de la protection. Il révèle ainsi les intermittences de l’hospitalité, l’inégale distribution des réfugiés entre les nations et les profondes mutations de l’économie morale de l’asile. La forme de vie imposée aux nomades forcés devient ainsi une clé de lecture du monde contemporain.


Auteur

Didier Fassin est professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study à Princeton et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Après avoir conduit des recherches sur les questions de santé et de maladie au Sénégal, en Équateur, en Afrique du Sud et en France, il a consacré ses travaux à développer une anthropologie politique et morale du monde contemporain en s’intéressant d’un côté au gouvernement humanitaire et de l’autre aux politiques punitives à travers des ethnographies conduites sur quatre continents. Parallèlement, il mène depuis plusieurs années une double réflexion sur la présence publique et le travail critique des sciences sociales.