Le Prestige à Rome à la fin de la République et au début du Principat

Collection Colloques de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, no 13

Sous la direction de Robinson Baudry et Frédéric Hurlet
2016, 328 p., 16 x 24 cm
ISBN : 978‑2‑7018‑0435‑4

Commander l’ouvrage

Le terme prestige est régulièrement utilisé pour caractériser la recherche d’honneurs et de distinctions qui est l’un des traits majeurs d’une société romaine fortement concurrentielle. Il ne va toutefois pas de soi, car les sources anciennes, grecques et latines, parlent plutôt de « dignité », d’« autorité », de « renommée » ou encore de « réputation » pour exprimer l’idée de hiérarchie et de différenciation sociale quelle que soit l’époque considérée. Il demeure que le procédé consistant à recourir à une notion moderne pour éclairer le fonctionnement des sociétés anciennes est heuristiquement fécond s’il réussit à maîtriser la part d’anachronisme nécessairement présent dans le vocabulaire contemporain. Ce sont de telles interrogations qui sont à l’origine de cet ouvrage collectif sur le prestige à Rome. Elles prolongent la réflexion interdisciplinaire menée précédemment lors du 10e colloque annuel de la MAE en choisissant de porter l’accent sur une société spécifique, la Rome antique, et une chronologie resserrée (fin de la République – début du Haut-Empire). La notion protéiforme de prestige articule trois significations qui se complètent plus qu’elles ne s’excluent et font chacune l’objet d’une analyse dans les trois parties de ce volume : il est tout d’abord attaché au statut d’un individu ou d’un groupe d’individus qui se distingue d’une manière ou d’une autre ; il désigne ensuite les performances qui permettent d’afficher sa distinction sociale et de la rendre visible ; il renvoie enfin aux stratégies à mener pour maintenir son rang et éviter ainsi toute forme de déclassement social.


SOMMAIRE

Robinson Baudry, Frédéric Hurlet et Isabelle Rivoal, Le Prestige à Rome à la fin de la République et au début du Principat. Introduction

Prestige du statut et statut du prestige
Karl-Joachim Hölkeskamp, Prestige en construction dans la République romaine : la classe dirigeante et ses stratégies de représentation publique
Robinson Baudry, Prestige et prêtrises patriciennes (fin de la République et début du Principat)
Alberto Dalla Rosa, Auguste et la restitutio du prestige du consulat : du prince « magistrat » au prince « empereur »
Elisabeth Deniaux, Prestige et accès à la citoyenneté romaine. L’honneur de porter un nom
Pierre Cosme, Le prestige des enseignes
Bertrand Augier, « L’autorité ne va pas sans prestige, et le prestige sans éloignement » ? Le cas des officiers dans les légions tardo-républicaines
Francesca Rohr Vio, Prestigio “al femminile” tra nouitas e mos maiorum

Le prestige comme performance : stratégies et conduites de distinction
Massimo Blasi, Défunts d’excellence. Évolution du prestige et honneurs funèbres publics à Rome entre République et Principat
Miguel Canas, Le mariage dans l’aristocratie sénatoriale romaine à l’époque républicaine : instrument d’accroissement ou instrument de préservation du prestige d’un individu et de sa famille ?
Charlotte Lerouge-Cohen, Prestige et généalogie : le cas des royaumes alliés et amis de Rome
Arnaud Suspène, Le portrait monétaire comme outil de construction du prestige de la fin de la République à Auguste
Jean-Pierre Guilhembet, La domus, instrument de prestige aristocratique
Émilia Ndiaye, Le prestige de l’orateur dans la Rome tardo-républicaine : Cicéron auctor de son auctoritas
Henriette van der Blom, “Dignitatis dicendi facultas”: oratorical prestige and public office

Les formes de la mobilité sociale : conservation et perte du prestige
Yann Berthelet, Penes uos auspicia esse, uos solos gentem habere. Le prestige auspicial du patriciat, noblesse gentilice par excellence
Francisco Pina Polo, Prestige et perte de prestige des perdants dans la Rome républicaine
Clément Bur, La juridicisation de l’infamie : de la perte du prestige à l’interdiction des honneurs
Frédéric Hurlet, L’envers du prestige. Les sénateurs désargentés sous les Julio-Claudiens (29 av. J.-C. – 68 apr. J.-C.)
Christel Müller, Le prestige peut-il s’acheter ? Réflexions sur la vente de la citoyenneté et des honneurs dans les cités grecques aux époques hellénistique et romaine
Philippe Akar, Invectiver l’adversaire, porter atteinte à son prestige, conserver le sien : l’argument de la bouche impure à la fin de la République romaine et au début de l’Empire
Agnès Rouveret, Conclusions