L’Égypte des pharaons

L’Égypte des pharaons – De Narmer à Dioclétien (3150 av. J.C. – 284 apr. J.C.)
Damien Agut (ArScAn, équipe HAROC), Juan Carlos Moreno-Garcia (Orient & Méditerranée)

Éditions Belin
ISBN 978-2-7011-6491-5
Parution : 19/10/2016
848 pages, 17 x 24 cm, Couleurs
Prix : 49 €

Depuis une trentaine d’années, les découvertes archéologiques mais aussi le réexamen des données anciennes ont profondément renouvelé notre connaissance de l’Égypte ancienne. Ces avancées permettent aujourd’hui de proposer un récit neuf, dégagé de la routine de l’histoire cyclique où, entre les « empires » forcément fastueux, viennent s’intercaler de sombres « périodes intermédiaires » marquées du sceau de la décadence.

Les seize chapitres qui composent ce volume évoquent autant de moments de cette longue histoire qui commence à la fin du IVe millénaire av. J.-C. et s’achève avec la conversion des empereurs romains au christianisme. Malgré les transformations écologiques, géostratégiques, sociales et économiques que connut l’Égypte durant ces trois millénaires, ses rois, même ceux qui venaient de Perse, de Macédoine ou de la lointaine Rome, se glissèrent dans un costume politique taillé à la fin du IVe millénaire av. J.-C.

Le pouvoir pharaonique en fut-il, pour autant, immuable ? Il faut, pour répondre, ne pas se laisser aveugler par les textes et les monuments suscités par les pharaons eux-mêmes : pyramides écrasantes, temples gigantesques, somptueux masques d’or donnent en effet une image pour le moins erronée d’omnipotence. Illusion qui vole en éclats si l’on abandonne le mythe de l’exception égyptienne et que l’on envisage l’histoire politique des monarchies comme participant à celle, plus générale, des mondes anciens.

Près de trois cents documents iconographiques, une trentaine de cartes illustrent cette histoire de l’Égypte des Pharaons.