Webmail
Annuaire

BIERMANN Clara

Domaines régionaux

Amérique du Sud, études afro-américanistes

Domaines thématiques

ethnomusicologie, anthropologie de la danse, études de la performance

Mots-clefs

Uruguay, candombe, afrodescendance, création de tradition, politiques de l’identité, Carnaval


Thèse

Musique et réinvention de soi. Regard ethnomusicologique sur le candombe afro-uruguayen, sous la direction de Jacques Galinier, soutenue le 16/12/2015

Clara Biermann mène ses recherches à Montevideo en Uruguay, sur le candombe, genre musico-chorégraphique emblématique des Afro-Uruguayens qui, bien que représentant environ 10% de la population aujourd’hui, ont longtemps été discriminés et invisibilisés dans un pays marqué par l’esclavage et par une idéologie nationale eurocentriste.

JPEG - 42.7 ko
Les tambours de la comparsa Sinfonia de Ansina,
Montevideo, Uruguay, 2011 (cliché C. Biermann)

Depuis les années 1990, la pratique de candombe a connu une expansion sans précédent. Cette appropriation nationale place ce genre musical dans un moment de tension particulier : il est à la fois investi par divers groupes sociaux de l’Uruguay contemporain tout en étant revendiqué comme propre et inaliénable par la communauté noire. Ainsi le candombe est au cœur d’enjeux politiques, économiques, esthétiques et identitaires nationaux mais aussi communs à d’autres musiques afro-américaines : carnavalisation, processus de patrimonialisation, conflits d’origines, revendication ethnique, invention de tradition et sémantisation de pratiques a priori profanes par le champ des « religions afros », terme utilisé en Uruguay pour désigner les cultes de possession d’origine africaine dédiés aux Orishas (Umbanda et Batuque).

JPEG - 40 ko
Le groupe Afrogama entourant les Orishas,
Montevideo, Uruguay, 2010 (cliché C. Biermann)

En étudiant un groupe appelé Afrogama, qui est composé de femmes noires militantes, chanteuses et danseuses d’un candombe particulier et en l’articulant à l’ethnographie de l’univers sociomusical complexe du candombe, ce travail entend rendre compte des dynamiques – sociales et intimes – portées par ces femmes. Une analyse de leurs répertoires permet de saisir des processus de fabrication musicale et chorégraphique tournés vers l’Afrique et les cultes de possession afros. Cette thèse interroge ainsi le contenu et les enjeux de cette création de tradition et les modes d’articulation entre langages sensibles – poésie, musique et danse – et langages politiques, qui traversent le candombe contemporain. À travers une analyse maniant les échelles, des politiques culturelles internationales et nationales aux pratiques et discours des acteurs, cette recherche entend montrer que les pratiques expressives et performatives sont des matériaux anthropologiques centraux pour saisir les processus de définition de soi et de construction politique des groupes minoritaires face aux sociétés nationales.


Allocations, contrats, bourses…

  • 2008-2011, allocation de recherche du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Publications

  • à paraître, Julia Isabel Ramírez Abella, in Dictionnaire des créatrices (Paris, Éditions Des Femmes–Antoinette Fouque).
  • à paraître, La voie de Chabela : trajectoire d’une figure du candombe afro-uruguayen, in E. Olivier (éd), Composer, imaginer, innover : la création musicale en contexte global (Paris, Delatour).
  • 2011, Jeux de couleurs dans le candombe afro-uruguayen, Volume ! La revue des musiques populaires, 8-1 : 131-147.

Communications

  • 28 octobre 2011, « Candombe contre tango. Catégories musicales et imaginaires sociaux dans l’Uruguay contemporain », colloque international « Tango : créations/identifications/circulations », organisé par le Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL, UMR 8566 EHESS/CNRS) et le programme ANR Globamus.
  • 22 mai 2010, « Fabrication chorégraphique et invention de soi dans le candombe afro-uruguayen », journées d’études de la Société française d’ethnomusicologie : « Musique et danse : un pas de deux pour l’ethnomusicologue », Paris.
  • 13 avril 2010, « Jeux de couleurs et fabrication musicale dans le candombe afro-uruguayen », colloque « Peut-on parler de musique noire ? », organisé par les éditions Mélanie Seteun, les laboratoires ADES (CNRS Bordeaux et CEAN).

Enseignement

  • 2008-2011, monitorat, Département d’ethnologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense (64h/an)
    • 2010-2011
      • TD/L3 Pratique de terrain
      • CM/M1 Approches anthropologiques de la musique
    • 2009-2010
      • TD/L1 La cuisine des ethnologues
      • TD/L3 Pratique de terrain
      • CM/M1 Approches anthropologiques de la musique
    • 2008-2009
      • TD/L1 Présentation de l’ethnologie
      • TD/L3 Transcriptions musicales en ethnomusicologie
  • interventions ponctuelles
    • 10 mai 2010, « Anthropologie du sensible et approche polyphonique d’un phénomène musical ou comment manier les échelles en ethnomusicologie », séminaire de M1 « Analyse des matériaux de terrain », dirigé par Virginie Milliot, université Paris Ouest Nanterre La Défense
    • 15 juin 2009, « Les free parties, une approche par le son », séminaire de M1 d’ethnomusicologie « Anthropologie des jeunes musiques », dirigé par Filippo Bonini, université Paris 8

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 23 novembre 2016





Docteur en ethnomusicologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact