Webmail
Annuaire

LE COURANT Stefan

Domaines régionaux

France

Domaines thématiques

migration, politique d’immigration, dispositifs de contrôle et d’enfermement, anthropologie urbaine

Mots-clefs

sans-papier, rétention administrative, coercition, menace, humour


Thèse

Vivre sous la menace : ethnographie de la vie quotidienne des étrangers en situation irrégulière en France, sous la direction de Georges Augustins, soutenue le 19 janvier 2015

La thèse de doctorat de Stefan Le Courant, fondée sur une enquête ethnographique au sein d’un local de rétention administrative et le suivi à l’extérieur des personnes qui n’ont pas été expulsées, s’intéresse aux effets concrets de la politique de contrôle de l’immigration sur la population ciblée : les étrangers en situation irrégulière.

Depuis 2003, le ministère de l’Intérieur fixe le nombre d’expulsion à réaliser par l’ensemble des préfectures (entre 2007 et 2010 ce fut l’apanage du ministère de l’Immigration, de l’Intégration de l’Identité nationale et du Développement solidaire). Pour atteindre ces objectifs chiffrés, des milliers d’étrangers en situation irrégulière sont arrêtés sans que l’administration soit en mesure de procéder à leur éloignement. Ces personnes retrouvent alors le territoire français après un enfermement pouvant atteindre quarante-cinq jours et durant lequel ils font l’expérience du rapport policier et de la coercition qui l’accompagne. La procédure d’éloignement qui fait intervenir de nombreux acteurs (policiers, juges, avocats, associations d’aide aux migrants) et différents lieux d’enfermement (les locaux de garde à vue, les centres et locaux de rétention, les zones d’attentes et la prison) agit comme un rappel constant d’une frontière étatique déjà franchie. Le plus souvent, cet épisode vient rendre visible une situation administrative jusque-là dissimulée et fragiliser la présence en France.

Il s’agit dans ce travail de thèse d’analyser le lien entre ces espaces d’enfermement et la vie quotidienne des étrangers en situation irrégulière en faisant l’hypothèse que ce dispositif participe du contrôle social par une menace constamment entretenue, celle d’être découvert comme irrégulier, de l’arrestation et de l’éloignement du territoire français. La frontière se voit alors transformée en une réalité intériorisée et quotidienne. Dans le même temps, ce dispositif redéfinit le statut de l’étranger en situation irrégulière, en transformant l’image qu’il se fait de lui-même (de l’étranger qui se pense légitime à l’étranger qui se sait illégal) et en le confinant à l’usage de l’illicite pour garantir la présence en France. Éloigné de toute possibilité de régularisation, ces étrangers en situation irrégulière se voient réduits au statut de clandestin. La mise hors-la-loi ne résulterait donc pas de la volonté de dissimulation des étrangers en situation irrégulière mais bien de la rencontre avec les instruments que l’état déploie pour les contrôler.

Allocations, contrats, bourses…

  • allocation doctorale de la région Île-de-France

Publications

  • 2013, What can we learn from a “Liar” and a “Madman” ? Serendipity and double commitment during fieldwork, Social Anthropology/Anthropologie sociale, 21 (2) : 186-198.
  • 2013, "Moi je viens de Mars, et toi ?" Le rire dans les espaces publics de la Goutte d’Or, Terrain, 61 : 54-67.
  • 2012 (avec I. Kanouté), Écrire la vie d’Ibrahim Kanouté, le « roi des sans-papiers », enregistrement audio (36’), in C. Alexandre-Garner et I. Keller-Privat (éd.), Migrations, exils, errances, écritures (Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest) : 35-48.
  • 2010, L’intériorisation de la frontière sous menace d’expulsion. Le quotidien des étrangers en situation irrégulière, in D. Fassin (éd.), Les nouvelles frontières de la société française. Enquête sur l’altérité nationale (Paris, La Découverte) : 455-476.
  • 2009, Les étrangers et la rétention administrative. Entre rendre visible et redevenir invisible, e-migrinter, 4 : 29-37.
  • 2009, Remettre son passeport à la police ? Coopérer, s’opposer à la procédure juridique d’expulsion du territoire français, in C. Kobelinsky et C. Makaremi (éd.), Enfermés dehors, enquête sur le confinement des étrangers (Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant) : 183-201 [TERRA].

Communications

  • juil. 2012, « Beyond anxiety and disquiet : time for uncertainty », plenary « Young scholars forum : contemporary ethnographic practice and the value of serendipity », conférence de l’European Association of Social Anthropologists (EASA), Nanterre, France.
  • mai 2012, « Témoigner d’une vie de “sans-papier”. Migration et mémoire d’Ibrahim Kanouté », colloque international « Logiques mémorielles et temporalités migratoires », PUF, Université Paris Ouest/University of Chicago, Université Paris Ouest Nanterre.
  • mai 2012, « Le voyage comme destin, l’aventure comme quotidien », colloque international « Écritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exils », Université Paris 8, Saint Denis.
  • nov. 2011, « How to be a file ? Constructing "evidences of presence" for undocumented migrants in France », session « Constructions of identity and topographies of justice », conférence annuelle de l’AAA (American anthropological association), Montréal, Québec.
  • sept. 2011, « Apprendre à être un sans-papier, devenir un clandestin », session « Discours politiques et construction de la réalité », 1er congrès de l’AFEA (Association française d’ethnologie et d’anthropologie), EHESS, Paris.
  • juin 2011, « The frontier as an everyday experience. The effects of exclusion policies on undocumented migrants in France », workshop « Europeanization of “exclusion policies and practices” ? », IMISCOE/université de Neuchâtel, Neuchâtel, Suisse.
  • mars 2011, « À la recherche de la bonne distance. L’usage de l’humour dans un espace urbain pluraliste, l’exemple de Barbès », journée d’étude « L’humour, art d’ajustement aux diversités urbaines ? », du programme « Espace public et interculturalité », LESC, Nanterre.
  • nov. 2010, Names written on the wall : Understanding graffitti in alien detention places in France, session « Migratory spaces of inclusion and exclusion », conférence annuelle de l’AAA (American anthropological association), Nouvelle Orléans, États-Unis.
  • juin 2010, « Écrire à deux une vie de sans-papier », conférence internationale « Migrations, exils, errances, écritures », Centre de recherche espaces/écritures (CREA, EA 370)/BDIC/Cité nationale de l’immigration/université McMaster (Ontario, Canada), Nanterre, France.
  • déc. 2009, « Living under the threat of deportation : Undocumented aiens and the experience of detention », conférence internationale « Deportation and the development of citizenship », Centre on Policy, Migration and Society (COMPAS) & Refugee Studies Centre (RSC), Oxford, Grande-Bretagne.
  • juil. 2009, « La rétention administrative en France, la fabrication de frontières intérieures ? », école d’été « Old and new borders in Europe », Centre Marc Bloch en coopération avec la Europa-Universität Viadrina (Frankfurt/Oder), Berlin, Allemagne.
  • avril 2009, « Les étrangers et la rétention administrative. Entre rendre visible et redevenir invisible », colloque « Le visible et l’invisible dans le champ des études sur les migrations », Migrinter, Paris Ouest Nanterre la Défense, Poitiers, France.
  • sept. 2008, « Enquêter dans un lieu d’enfermement des étrangers, quelles données recueillir ? », panel « Pratiques et théories des terrains sensibles », colloque TERRA « Terrains d’asile - corps, espaces, politiques », EHESS, Paris.
  • août 2008, « Laughter and subversion in retention places », workshop « Alien confinement in Europe : field perspectives », assemblée de l’European association of social anthropologists (EASA), Ljubjana, Slovénie.
  • sept. 2007, « Remettre son passeport à la police ? Coopérer, s’opposer à la procédure juridique d’expulsion du territoire français », colloque « Le confinement des étrangers en Europe : perspectives de terrain », EHESS, Paris.

Enseignement

  • Département d’anthropologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense
    • 2012-2013, ATER
      • TD/L1 Introduction à l’ethnologie (48h)
      • CM/M1 Ville, capitalisme et mondialisation (24h)
      • CM/L3 Ethnologie urbaine (24h)
      • CM/L3 Pratique de terrain (40h)
      • CM/L3 Parenté et organisation sociale (18h)
    • 2009-2010,
      • CM/M1 Questions de migration (24h)
      • TD/L1 Introduction à l’ethnologie (24h)
    • 2008-2009
      • CM/L2 Organisation sociale (24h)
      • TD/L2 Organisation sociale (18h)

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 29 janvier 2015





Docteur en ethnologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact