Webmail
Annuaire

FAVRAUD Georges

Domaines régionaux

Chine, province du Hunan (Liling, Nanyue Hengshan)

Domaines thématiques

anthropologie du changement religieux et social

Mots-clefs

société rurale, taoïsme (Quanzhen, Chunyang), patrilignage, généalogie, corps (arts martiaux, guérison, catégories de sexe), nature (géomancie, montagne), processus de modernisation


Thèse

Une communauté villageoise et ses transmissions généalogiques et rituelles dans la construction de la modernité chinoise (Hunan, Liling, du XIXe siècle à nos jours), sous la direction de Brigitte Baptandier, soutenue le 24 janvier 2013

Présentation

JPEG - 39.2 ko
Mains de maîtres taoïstes au travail, Chine, 2008-2009 (clichés G. Favraud)

Depuis 2012, Georges Favraud participe à la coordination du programme ANR Shifu : « Vieux maîtres et nouvelles générations de spécialistes religieux en Chine aujourd’hui. Ethnographie du quotidien et anthropologie du changement social » (coordonné par Adeline Herrou, LESC, 2013-2016). Après avoir participé à la formation de l’équipe, à la conception scientifique et au montage institutionnel du projet dès la fin 2011, il continue de prendre part à sa coordination, notamment par le développement de la plateforme collaborative Wiki-SHIFU (en collaboration avec les informaticiens de la MAE). Constatant l’existence d’un grand nombre de termes vernaculaires utilisé pour désigner les maîtres religieux chinois, nous avons été convaincus de l’intérêt de les répertorier de manière encyclopédique, de les discuter et de les analyser, dans le but de repenser les catégories habituellement mobilisées pour les classifier (par tradition, région, type de spécialistes…), et d’accéder, par le biais de ces personnes qui « font » la religion au quotidien, à la complexité du champ religieux chinois. Ce travail d’équipe permettra à moyen terme la rédaction d’un ouvrage sur le Vocabulaire des maîtres religieux chinois, et à long terme la constitution d’une base de données analytique évolutive.

Georges Favraud a effectué une année de post-doctorat au sein du programme SHIFU (ANR-CNRS, 2013) durant laquelle il a débuté une nouvelle étude de terrain au Pic du Sud (Nanyue), célèbre montagne sacrée de l’Est de la province chinoise du Hunan. Sa contribution à l’ANR Shifu consiste en la construction de portraits biographiques contextualisés de maîtres taoïstes vivant dans cette montagne, et en particulier sur Les oracles de la Vénérable Li. Compétence divinatoire et changement social en Chine contemporaine (Hunan, Nanyue). Les matériaux issus de cette relation ethnographique permettent d’étudier les articulations entre rituel taoïste, technique féminine de broderie et savoir divinatoire, et la manière dont leur transmission a pu se perpétuer au travers de la Révolution culturelle. Ce travail s’inscrit dans son programme de recherche de long terme portant sur Du « corps-montagn » en Chine aujourd’hui. Élaboration taoïste de la vie et changement social, qu’il développe actuellement dans le cadre d’un post-doctorat au Centre d’anthropologie sociale du Laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires (LISST-CAS, UMR 5193, Université Toulouse II - Jean Jaurès), financé par le Fondation Chiang Ching-kuo (Taiwan) et conventionné par le CNRS.

JPEG - 31.5 ko
Les moissons du riz dans la campagne hunanaise, Chine, 2007 (cliché G. Favraud)

Georges Favraud participe depuis 2005 à l’Atelier Chine du LESC, où il a écrit sa thèse sous la direction de Brigitte Baptandier, et participé à plusieurs recherches collectives, portant notamment sur l’Exposition universelle de Shanghai 2010 (ouvrage à paraître à la Société d’ethnologie, Nanterre).
Sa thèse a reçu le Prix spécial de thèse de l’Association française d’études chinoises (AFEC) et le manuscrit qui en est issu a été accepté pour publication dans la collection « Sociétés humaines dans l’histoire », aux Éditions de la MAE – Presses Universitaires de Paris Ouest.


Comment une communauté locale de culte, structurée par le métissage entre une filiation patrilinéaire et une transmission rituelle taoïste, a-t-elle participé à l’histoire contemporaine de la Chine, par-delà la Révolution culturelle ? Ancrée dans un travail de terrain ethnographique et historique au sein de la société paysanne du village de Litang (province centrale du Hunan) et dans l’étude de textes locaux, cette thèse met en évidence certaines stratégies locales de survie culturelle mises en œuvre au sein de la communauté de culte du sanctuaire des Transformations croissantes (Zenghua Guan) par des doyens et des cadres communistes du patrilignage des Chen, et des maîtres taoïstes, hommes et femmes, afin de participer aux changements sociaux de leur temps. Partant d’un point de vue local, ce travail monographique porte en outre un regard ethnologique de plus grande échelle sur les bouleversements sociaux qui ont secoué l’histoire contemporaine de la province du Hunan : des cultes paysans et patrilignagers orthodoxes, et des transmissions rituelles, martiales et médicales taoïstes (Chunyang et Quanzhen) ; au travers des premiers mouvements paysans communistes asiatiques (1927) orchestrés par Mao Zedong dans sa région natale, puis de la collectivisation et de la Révolution culturelle (1966-76) ; jusqu’à l’actuelle recomposition des traditions dans un contexte de politique de l’enfant unique et d’exode rural caractéristiques du « socialisme de marché à la chinoise ». L’étude des mutations contemporaines du patrilignage des Chen du village de Litang, autour duquel se nouent les enjeux de pouvoir et la hiérarchisation des rôles des hommes et des femmes, ainsi que le système économique et écologique local, nous conduisent à repenser les bases sur lesquelles se construisent aujourd’hui les groupes de parenté chinois et leurs rôles dans la société contemporaine. L’analyse des métissages entre parenté et rituel, qui se sont opérés au sein de la communauté de culte des Transformations croissantes, montre que ce type d’organisation productrice de sens et d’autonomie du local reste l’une des plus fluides et durables de la société chinoise. Ce travail est une contribution à l’anthropologie des religions, de la parenté et du changement social.

Allocations, contrats, bourses…

  • 2014-2016, Post-doctorant, Centre d’anthropologie sociale de Toulouse (LISST-CAS, UMR 5193, Chiang Ching-Kuo Foundation for International Scholarly exchange – convention CNRS)
  • 2013-2014, contrat post-doctoral dans le cadre de l’ANR Shifu « Vieux maîtres et nouvelles générations de spécialistes religieux en Chine aujourd’hui. Ethnographie du quotidien et anthropologie du changement social » (coordonné par Adeline Herrou, LESC)
  • 2010-2011, boursier de la Fondation Chiang Ching-Kuo for Scholarly exchange, Taipei
  • 2006-2009, boursier BAR puis BCRD au Centre d’études français sur la Chine contemporaine, CEFC Hongkong (Umifre n°28, MAEE-CNRS)

Publications

  • à paraître, Le belvédère des Transformations croissantes. Patrilignage, taoïsme et changement social en Chine (Nanterre, Éditions de la Maison Archéologie et Ethnologie René Ginouvès/Presses Universitaires de Paris-Ouest) [Sociétés humaines dans l’histoire].
  • à paraître, Des “Voies rapides surélevées” : structuration d’un univers de mobilité à Shanghai, in B. Baptandier et S. Houdart (éd.), Ethnographier l’universel (Nanterre, Société d’ethnologie).
  • à paraître, compte rendu de : David A. Palmer, Glenn Shive et Philip L. Wickeri (éd.), Chinese Religious Life (Oxford, Oxford University Press, 2011), Bulletin de l’EFEO.
  • 2014, L’immortel Zhou Fuhai 周福海( ? - 1935) : construction hagiographique et communautaire dans le taoïsme Chunyang, Études chinoises, 32 : 57-85.
  • 2014, Eine daoistische „Medizin der Unsterblichen“ im 20. Jahrhundert (Jiangxi, Pingxiang) [Une “médecine d’immortel” taoïste au travers du XXe siècle], Chinesische Medizin, 4 : 230-244.
  • 2011, A Daoist career in Modern China : Wang Xin’an of the Southern Peak, Journal of Daoist Studies, 4 : 104-135.
  • 2010, Liturgies et construction d’une identité régionale en Chine contemporaine. À propos de l’ouvrage collectif chinois dirigé par Chen Zi’an et Alain Arrault : Religion et société locale du centre du Hunan, Cahiers d’Extrême-Asie, 19 : 305-328.
  • 2009, compte rendu de : David A. Palmer, Qigong fever. Body, science and utopia in China (New York, Columbia University Press, 2007), China Perspectives, 2009 (4) : 133-137, et Perspectives chinoises, 2009 (4) : 143-147.
  • 2008, compte rendu de : Adam D. Frank, Taijiquan and the search for the little old Chinese man. Understanding identity through martial arts (New York, Palgrave Macmillan, 2006), China Perspectives, 2008 (4) : 104-108, et Perspectives chinoises, 2008 (4) : 114-119.

Communications

  • boursier du cycle des « International Conferences on Daoism » (depuis 2009)
    • 25-29 mai 2016, membre du Comité de pilotage pour l’organisation de la prochaine conférence Daoism : Self, Science and Society, Taiwan.
    • 29 mai-2 juin 2014, « A Daoist medical transmission through the 20th Century (Jiangxi, Pingxiang) », invité par Thomas Michael et Livia Kohn, Boston University.
    • 24-28 juin 2011, « Pure yang women ritual mediation in modern China », université Zhongnan (Changsha, Chine) et Académie nationale des moniales taoïstes (Nanyue, Hunan).
    • 2-6 juin 2010, « Wang Xinan (1918-1993), a Daoist master of the Southern Peak in the construction of Chinese modernity », Loyola Marymount University (Los Angeles).
    • 2-6 juin 2010, coordinateur et discutant du panel « Daoist ritual », Loyola Marymount University (Los Angeles).
    • 17-23 juin 2009, « From the Chen ancestral hall to the belvedere Zenghua, the foundation of a Daoist cult community in rural Hunan (1924-2009) », Wudangshan (Hubei, Chine).
  • autres colloques et séminaires internationaux :
    • 1er fév. 2013, « Les oracles de la Vénérable Li », réunion de lancement de l’ANR SHIFU, Université Paris Ouest Nanterre – La Défense.
    • 4-8 sept. 2012, « The genealogical construction of the cult community of Intensifying transformations (Hunan, Liling) », panel « Formation of groups in Chinese tradition », XIXe biennale de l’Association européenne d’études chinoises EACS, Université Paris–Diderot.
    • 6 fév. 2009, « The transmission of Daoist body techniques in a contemporary rural China cult community », Centre for anthropological research (The University of Hong Kong).
    • 25 mai 2008, « Actualité et développement du taoïsme en Chine et en Occident » [en mandarin], Académie nationale des moniales taoïstes (Nanyue, Hunan).
    • 17 janv. 2008, « Transforming personality through Daoist body techniques », Department of Anthropology (London School of Economics and Political Science).
    • 19-20 mai 2007, « Observing Daoism through body practices », colloque franco-chinois « Quels outils pour analyser les sociétés contemporaines ? », ateliers doctoraux de Beijing et Département de sociologie (Université Tsinghua, Pékin).
    • 22-27 avril 2007, « The Daoist master as an actor in local society », International Daodejing Forum, Association taoïste nationale et secrétariat d’État aux Affaires religieuses (Xi’an et Hongkong).

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 30 janvier 2015





Docteur, université Paris Ouest Nanterre La Défense
Post-doctorant au Centre d’anthropologie sociale de Toulouse (LISST-CAS), Chiang Ching-kuo Foundation (Taipei) – CNRS

Contact