Webmail
Annuaire

CARBONNEL Laure

Domaines régionaux

Afrique de l’Ouest, Mali

Domaines thématiques

anthropologie

Mots-clefs

bouffonnerie, don, honte, jeux, attitude, comique, association, réseaux, catégorisation, perception des actions, identification des individus


Thèse

Les Korodugaw du Mali et la bouffonnerie, sous la direction de Michael Houseman (EPHE, CEMAF), soutenue le 25 septembre 2015

Après une première étude ethnologique sur les moniales bouddhistes au Myanmar, Laure Carbonnel s’est engagée en doctorat sur un terrain de recherche situé au Mali (milieu bambara). Cette recherche porte sur une catégorie sociale appelée koroduga qui relève globalement du domaine de la bouffonnerie. Près de deux années de terrain (entre 2006 et 2010) lui ont permis de suivre plusieurs de ces personnages dans leurs modalités de regroupement, dans leur participation à diverses manifestations (culturelles, politiques, rituelles…), ainsi que dans leur vie quotidienne.

La bouffonnerie au Mali (korodugaya) se caractérise par des danses et des chants, des parures et plus largement un type de comportement qualifié par l’absence de honte (malobaliya). Rôles et pouvoirs sont également attribués aux « bouffons ». Par leur intermédiaire les bénédictions sont exaucées, ils favorisent la survie des enfants, protègent des sorciers, appellent la pluie, règlent les conflits. Ces rôles et comportements dans leur acception générale ne sont pourtant pas spécifiques à ce groupe uniquement. En outre, si les korodugaw constituent une catégorie sociale (notamment transmise en ligne agnatique), l’ensemble de ces membres ne pratique pas nécessairement la bouffonnerie.

Cette recherche vise à saisir les contours de cette catégorie ainsi que les processus qui rendent possibles les pratiques de bouffonnerie. La formation et le maintien des groupes, la multiplicité des identités et des réseaux mobilisés, ainsi que leur mode d’inscription dans divers événements de la vie sociale villageoise ou individuelle sont analysés. Cette recherche s’applique également à préciser les termes qui décrivent leurs pratiques (transgressive, obscène, etc.), en réintégrant la valeur interactionnelle de leurs interventions ainsi que la perception de leurs actions. À partir des vidéos de leurs prestations, l’analyse des interactions de danses, de jeux, de dons permettra de préciser ce que la bouffonnerie fait ainsi que ses mécanismes.

Allocations, contrats, bourses…

  • bourse aires culturelles

Publications

  • 2009, On the ambivalence of female monasticism in Theravada Buddhism. A contribution to the study of the Burmese religious system, Asian Ethnology, 68 (2) : 265-282.
  • 2007 (avec G. Calame Griaule et C.-H. Perrot), In Memoriam Claude Tardits, Journal des africanistes, 77 (1) : 143-152.

Communications

  • 11-12 janv. 2013, « Quelle terminologie pour la bouffonnerie ? Les mots du vernaculaire et de l’ethnologie », Rencontre nationale des jeunes chercheurEs en études africaines, CERI Sciences Po, Université Paris 1.
  • 19-20 nov. 2012, « Mobilité spatiale et ancrage local : une dynamique corrélative au maintien d’un groupe social malien (koroduga) », Journées d’études « Et l’immobilité dans la circulation ? », Poitiers, CIST, Migringter.
  • 10-13 juil. 2012, « La figure du bouffon malien dans le prisme de l’incertitude », panel « Play with/within uncertainty : ethnology of the comic forms » L. Carbonnel et S. Le Courant, 12th EASA biennial conference « Uncertainty and Disquiet », Nanterre.

Expositions

  • 2007 (avec M.-D. Mouton), Sources et matériaux de terrain des ethnologues – Bibliothèque Éric-de-Dampierre, MAE Nanterre.

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 26 octobre 2015





Docteur en ethnologie, université Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact