Webmail
Annuaire

VIDAL Denis

Domaines régionaux

Inde, Asie du Sud, anthropologie des techniques (à travers le monde)

Domaines thématiques

anthropologie des techniques, anthropologie de l’art, anthropologie visuelle, anthropologie économique, anthropologie de la violence, anthropologie des croyances


Présentation

JPEG - 43.1 ko
(cliché D. Vidal)

Denis Vidal a été recruté à l’IRD en 1983 après avoir soutenu sa thèse à Nanterre et à l’EPHE en 1981 sur « le culte des divinités locales en Himachal Pradesh » sous la direction de Charles Malamoud. Ses travaux ont essentiellement porté sur l’Inde du Nord où il a effectué plusieurs séjours de longue durée. Il s’est d’abord intéressé aux croyances religieuses de l’Himalaya indien, en mettant l’accent sur les manières dont se manifestait la présence des divinités dans la vie sociale des habitants. Puis, après avoir étudié des traditions de vengeance dans cette même région, il a proposé une analyse plus générale du rôle joué par la violence dans la société indienne, en se basant, aussi, cette fois, sur des recherches de terrain et l’exploration des archives d’un petit royaume du Rajasthan (Sirohi). Il a mené après cela des recherches à Delhi qui ont porté, en particulier, sur l’étude de l’organisation économique des bazars et sur la culture visuelle de la vieille ville. Par ailleurs, à la suite de ses études dans l’Himalaya, il n’a cessé de s’intéresser à l’étude des interactions qui prennent place – dans des contextes sociaux et culturels très divers – avec toutes sortes d’entités, identifiées, à un titre ou un autre, à des créatures artificielles (image mobiles et représentations variées de divinités, « sirènes » momifiées, figures en cires, robots, etc. ). Il a mené également depuis le début de ses recherches en anthropologie des recherches dans le domaine de la culture visuelle (sanctuaires himalayens, environnement urbain, cinéma documentaire indien) et de l’anthropologie de l’art (art contemporain et « tribal » en Inde). Enfin, depuis plusieurs années, il s’intéresse à la manière dont l’anthropologie permet d’aborder dans une perspective différente de celle de l’histoire des techniques, un ensemble de questions liées à l’invention, à l’appropriation et à la réappropriation de technologies « nouvelles » et « traditionnelles » dans le monde contemporain.

JPEG - 24.1 ko
(cliché D. Vidal)

Denis Vidal enseigne régulièrement à l’EHESS, au musée du quai Branly et à l’université Paris Diderot. Il est membre statutaire de l’URMIS (Paris Diderot) et chercheur associé au Centre d’étude de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS) et au LESC (CNRS/université Paris Ouest). Il est membre du Comité scientifique du musée du quai Branly et a joué un rôle actif dans plusieurs unités de recherches à l’IRD. Il conserve le statut de chercheur associé au Departement d’Asie du Sud de SOAS (Londres), au Centre for the Study of Developing Societies (Delhi), et a aussi été, pendant plusieurs années, associé à LSE (Londres) et au Centre de Sciences Humaines (Delhi). Il a fondé avec Emmanuel Grimaud une plateforme de recherche internationale qui expérimente de nouvelles approches anthropologiques sur la question des techniques (http://www.artmap-research.com/) et il travaille actuellement – en collaboration avec les chercheurs du laboratoire de Robotique de Cergy-Pontoise (ETIS/CNRS/INSEA) – à la conception de créatures artificielles robotiques dont le fonctionnement met en jeu des réflexions issues aussi bien de l’anthropologie que de la robotique et de l’intelligence artificielle.

Principales publications

  • 2012 (avec E. Grimaud), Robots étrangement humains [n° thématique], Gradhiva, NS 15.
  • 2006 (avec E. Grimaud et S. Houdart), Effets spéciaux et artifices [n° thématique], Terrain, 46.
  • 2002, Les images de l’identité [n° thématique], Autrepart, 24.
  • 2000 (avec E. Tarlo et V. Dupont), Delhi, Urban Space and Human destinies (Delhi, Manohar).
  • 1997 (avec Ph. Cadène), Webs of trade : Dynamics of business communities in Western India (Delhi, Manohar).
  • 1997 (avec J. Assayag et R. Lardinois), Orientalism and anthropology : From Max Muller to Louis Dumont (Pondichery, Institut français de Pondichery) [Pondy Papers in Social Science, 24].
  • 1995, Violences et vérités : un royaume du Rajasthan face au pouvoir colonial (Paris, EHESS).
  • 1994 (avec G. Tarabout et E. Meyer), Violences et non-violences en Inde (Paris, EHESS) [Purusartha, 16] [éd. anglaise : Violence/Non violence. Some Hindu perspectives (Delhi, Manohar, 2003)].
  • 1989, Le culte des divinités locales dans une région de l’Himachal Pradesh (Paris, ORSTOM).
  • 1987 (avec Ph. Cadène), L’Inde dans les sciences sociales (Paris, ORSTOM).

     


Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page (à l’exception des couvertures) est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 20 novembre 2012





Directeur de recherche, Institut de recherche pour le développement (IRD), URMIS ; chercheur associé au Centre d’étude sur l’Inde et l’Asie du Sud (CEIAS)

dvidal[at]ehess.fr