Webmail
Annuaire
Accueil du site> Membres du LESC > Doctorants > CHAUVEAU Maria Mélanie

CHAUVEAU Maria Mélanie

Domaines régionaux

Inde du Nord, État du Rajasthan, Désert de Thar

Domaines thématiques

anthropologie des relations hommes-animaux, anthropologie du religieux, anthropologie de la nature

Mots-clefs

Bishnoï, Bishnoïsme, communauté religieuse, éthique environnementale, préservation, protection, animaux, arbres, biodiversité


Thèse

Les Bishnoï du Rajasthan. Des hommes, des animaux, des arbres, étude diachronique d’une communauté interspécifique du nord-ouest de l’Inde, sous la direction de Gilles Tarabout (CNRS) et Gilles Bœuf (MNHN)

Depuis une quinzaine d’années Maria Chauveau étudie les relations entre les hommes et les animaux, et la place qui est donnée à la « nature » dans les pratiques et les représentations des sociétés humaines.

Dans un premier temps, ses réflexions se sont forgées tout au long de ses expériences personnelles et professionnelles et l’ont amenée à exercer successivement les métiers de monitrice d’équitation, d’assistante vétérinaire et d’ostéopathe équin. Ces diverses expériences lui ayant permis de côtoyer au quotidien différentes personnes et toutes sortes d’animaux dans leurs relations réciproques, c’est de façon très concrète qu’elle a pu en mesurer la complexité et la diversité.


JPEG - 30.7 ko
Distribution quotidienne de nourriture
aux gazelles et antilopes, Jajival, 2013
(cliché M. Chauveau)

Pour explorer plus avant cette diversité, elle s’est ensuite dirigée vers des études d’ethnologie à l’université Paris-Descartes SHS Sorbonne. Après un premier travail bibliographique sur la notion d’apprivoisement pour le Master 1 (2011/2012), son enquête de terrain pour le Master 2 (2012/2013) l’a conduite à séjourner auprès de la communauté Bishnoï (environ 800 000 personnes vivant pour la plupart d’entre elles en milieu rural) au nord-ouest de l’Inde dans l’État du Rajasthan. Ce choix fut déterminé par l’interaction très forte que les Bishnoï entretiennent avec les « autres vivants », animaux et végétaux, ainsi qu’avec leur milieu naturel. Hindous vaishnavas, les Bishnoï observent, selon l’enseignement du fondateur du Bishnoïsme Jambeshwar Bhagavan au XVe siècle (1451-1536), une « éthique de vie » structurée par un ensemble de 29 préceptes à l’origine de leur nom (bish : vingt, noï : neuf). Certains de ces préceptes dictent très précisément une relation de respect et de protection envers tous les êtres vivants (jeev) et prônent rigoureusement ce que l’on pourrait nommer aujourd’hui, en termes contemporains une « éthique environnementale » et une « écoresponsabilité ». Même si ces « règles de vie » subissent de nos jours de nombreuses pressions dues à la « modernité », et leur observance de nombreuses modifications, ces règles sont encore au cœur de l’engagement socioculturel et spirituel des Bishnoï et font perdurer des pratiques et usages ancestraux où sont notamment tissés et entretenus des liens privilégiés avec certaines espèces animales et végétales :les antilopes (Antilopes cervicapra), les gazelles Chinkara (Gazela benneditii) et les arbres Khejeri (Prosopis cinéraria), tous devenus au sein du Bishnoïsme les emblèmes de cette communauté.

JPEG - 40.2 ko
Maison familiale bishnoï, Kelansar, 2013
(cliché M. Chauveau)

Dans le prolongement de son mémoire de Master 2, Maria Chauveau va s’attacher, pour sa thèse de doctorat, à étudier plus particulièrement l’impact et l’influence de ces interactions privilégiées « hommes-animaux-environnement » sur l’organisation culturelle, économique, politique et religieuse de cette société. Son étude visera à souligner les cristallisations des pratiques et des représentations qui en découlent, ainsi que leur évolution et mutation. Il s’agira aussi sur un plan local d’interroger la spécificité et les revendications de la communauté bishnoï au sein de la société indienne, ainsi que de les mettre en parallèle sur un plan plus global avec les questions concernant les changements environnementaux et sociétaux qui sont au cœur des débats et des enjeux du monde contemporain.


Allocations, contrats, bourses…

  • févr. 2015, allocation de terrain de l’EFEO (École Française d’Extrême Orient) pour une période de trois mois
  • 2014, aide financière ponctuelle accordée par le CERNEA (association de recherche interdisciplinaire appliquée-Paris X)
  • 2014, bourse à la recherche du Fonds Louis Dumont
  • févr. 2014, financement du LESC et de l’ED 395 « Milieux, cultures et sociétés du passé et du présent » pour une mission de terrain de trois mois.

Publications

  • 2016, Des animaux parents au pays des Bishnoïs, in K.L Matignon (éd.), Révolutions animales : comment les animaux sont devenus intelligents (Paris, Arte Éditions/Éditions Les Liens qui libèrent) : 275-279.
  • 2015, Les Bishnoïs du Rajasthan : entre religion et écologie, Espèces, 16 : 46-50.

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 23 février 2017





Doctorante (LESC), université Paris Ouest Nanterre La Défense

Contact