Webmail
Annuaire
Accueil du site> Membres du LESC > Membres permanents > PÉDRON COLOMBANI Sylvie (EREA)

PÉDRON COLOMBANI Sylvie (EREA)

Domaines régionaux

Guatemala, Mexique, États-Unis

Domaines thématiques

socio-anthropologie des religions, rituels, migrations, anthropologie du monde maya contemporain

Mots-clefs

Guatemala, pentecôtisme, religion maya, culte de Maximón, syncrétisme, migration


> Read this page in English

Présentation

Sylvie Pédron Colombani est maître de conférences au département de sociologie de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle y assure des enseignements pour les étudiants de L1 à M2 : « Introduction à la sociologie », « Sociologie et anthropologie », « Transformations des sociétés contemporaines », « Introduction à la sociologie culturelle », « Espace et société en Amérique latine », « Sociologies comparées », « Nouveaux mouvements religieux », « Approche socio-anthropologique de l’Amérique latine ». Elle est également responsable d’un cours d’anthropologie du monde maya contemporain à l’INALCO.

JPEG - 29.7 ko
Maximón, Santiago Atitlán, Guatemala, 2004
(cliché S. Pedron)

Membre du centre EREA du LESC, ses travaux de recherche portent essentiellement sur les phénomènes religieux au Guatemala. Elle a notamment analysé la conversion des populations guatémaltèques aux Églises pentecôtistes, si nombreuses dans la région (cf. sa thèse de doctorat). Elle s’intéresse également au développement d’un culte originaire d’une localité indienne Tzutuhil des abords du lac Atitlán dédié à la divinité Maximón – dont la figure résulte de la rencontre entre deux univers de sens : catholique et maya. Né aux marges du catholicisme populaire et ancré dans un passé indien local, ce culte est aujourd’hui pris entre des processus de revendication d’une identité indienne maya et de réappropriations métisses. Elle a consacré depuis plusieurs années des séjours sur le terrain à son étude. Ceux-ci l’ont notamment amenée à Santiago Atitlán, où elle s’est intéressée à l’origine du culte, à son organisation, aux rituels contemporains. Le thème de la fertilité – agricole, des femmes, mais aussi des commerces, élément clé de l’économie contemporaine – a notamment guidé sa réflexion. Elle a travaillé sur le caractère hybride de ce culte totalement ancré dans l’histoire du pays.

JPEG - 45 ko
Fête de San Simón, Los Angeles, 2011
(cliché S. Pedron)

Pour envisager la dynamique à la fois nationale et transnationale de ce culte, elle a élargi ses recherches empiriques au Mexique et aux États-Unis (Los Angeles, Californie) où elle analyse sa relocalisation et sa resignification. Ce travail en cours l’a amenée à développer une réflexion sur la mobilité et la globalisation du religieux, sur le lien entre ce type de culte « néo-traditionnel » et le réseau new-age (publication en cours), autour des notions de frontière et de migration des populations centraméricaines, ainsi que sur le rapport de ces populations migrantes au religieux.




Principales publications

  • 2010, Le culte de Maximón. Entre monde maya et migrations internationales, Autrepart, 2010 (4) : 75-92 [n° thématique : Migrations et transformations des paysages religieux].
  • 2010, Religion, identités, lien social, in C. Moricot (éd.) Multiples du social. Regards socio-anthropologiques (Paris, L’harmattan) : 187-193.
  • 2008, Diversificación y competencia religiosa en Guatemala : entre pentecostalismo y cultos neo-tradicionales, Revista Sociedade e Estado, 23 (2, maio-ago) : 355-379.
  • 2008, El culto de Maximón en Guatemala : entre procesos de reivindicación indígena y de reapropriación mestiza, Trace, 54 : 31-44.
  • 2006, Maximón au Guatemala. Entre ambivalence éthique et rites de fertilité, in J.-P. Castellain, S. Gruzinski, C. Salazar-Soler (éd.), De l’ethnographie à l’histoire. Paris – Madrid – Buenos-Aires. Les mondes de Carmen Bernand (Paris, L’Harmattan) : 289-314.
  • 2006 (avec Hervé Colombani), Maximón, 27 minutes, CNRS image.
  • 2005, Maximón au Guatemala. Dieu, saint ou traitre (Londres, Editions Periplus) [version anglaise : Maximón. Guatemalan god, saint or traitor, Londres, Editions Periplus, 2005.
  • 1998, Le pentecôtisme au Guatemala. Conversion et identité (Paris, éditions du CNRS) [Amérique latine et pays ibériques].

   

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page (à l’exception des couvertures) est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 26 février 2013





Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Département de sociologie

Contact

Page personnelle sur le site de l’EREA


English