Webmail
Annuaire

RAVENEAU Gilles

Domaines régionaux

Himalaya, Maghreb, Europe méditerranéenne, Italie, Corse, Sardaigne, France

Domaines thématiques

risque et épreuves corporelles, usages sociaux et culturels du corps, biologisation des questions sociales, sport, loisirs, matériaux précieux et sociétés, anthropologie appliquée

Mots-clefs

cueillette, nature, habitat, corps, biologisation, discipline, goût, dégoût, bien-être, loisirs, sport, prise de risque, valeur, collection, objets précieux, corail, cristaux, minéraux, marginalité, recherche appliquée


> Read this page in English

Présentation

Gilles Raveneau a été recruté comme maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense en 2000, après avoir enseigné à l’université d’Angers et de Rouen. Il a soutenu sa thèse d’ethnologie et de sociologie comparative en 1998 sous la direction de Martine Segalen. Il conduit principalement des recherches sur l’observation des pratiques de cueillette, des activités physiques et sportives à risque en milieu naturel, sur les manières d’habiter la nature et sur les contraintes sociales et politiques de la gestion de son propre corps.

JPEG - 27.2 ko
Glacier du Miyar, Lahaul Zanskar, Inde, 2008
(cliché G. Raveneau)

Ethnologue, Gilles Raveneau a longuement enquêté au Népal chez les Sherpas, en Corse et en Sardaigne, en Algérie, en Tunisie et au Maroc avec les pêcheurs de corail. Plus récemment, ses enquêtes sur les cristalliers des Alpes l’ont conduit en Suisse et en Italie, et il envisage de prolonger ses recherches sur les minéraux en renouant avec son terrain himalayen. Ses intérêts de recherche se regroupent à la fois autour du milieu naturel (montagne et mer pour l’essentiel), plus particulièrement situé sur l’axe vertical (altitude et « profondeur limites représentant chacune à leur façon une des extrémités » du monde), et autour des métiers et des activités à risque que la nature propose aux individus. Dans son travail de thèse sur les pêcheurs de corail de Méditerranée, comme dans la recherche conduite actuellement sur les cristalliers des Alpes (France, Suisse, Italie), il a cherché à comprendre des activités de pleine nature à fort engagement corporel qui ne soient pas uniquement sportives, mais qui s’articulent à la recherche passionnée d’un matériau précieux (corail, cristaux et minéraux). Ce faisant, il a mis au jour que la prise de risque au fondement de la pratique des corailleurs et des cristalliers est liée étroitement aux rivalités et aux échanges agonistiques des individus, à cette manière particulière de former un groupe tout en ayant l’air d’en refuser l’existence et qui les porte à la marge. Cette perspective a conduit Gilles Raveneau à s’interroger sur ce qui détermine la valeur de la vie sociale : honneur ou intérêt ? Elle montre la récurrence de cette opposition, entre la dignité des hommes et leur valeur subjective d’un côté, et les calculs où se détermine la valeur relative des objets de l’autre. Elle renvoie également à la place qu’occupe la nature dans ces activités, à l’engagement et aux épreuves physiques qu’il faut surmonter, aux Puissances de la Nature qui permettent la découverte (des matériaux précieux) et/ou la sanction (l’accident, la mort).

JPEG - 29.9 ko
Corail rouge, tout juste pêché,
bouches de Bonifacio, 1997
(cliché G. Raveneau)

Au-delà de sa contribution au renouvellement de l’anthropologie du risque et de la valeur, et des recherches sur les frontières du sport, Gilles Raveneau a entamé un programme de recherche sur la question du goût et du dégoût face au corps aujourd’hui. L’idée est de porter le regard à la fois vers ce que nos sociétés valorisent et tendent à refouler en dehors de nos espaces mentaux, proposent en modèle et relèguent dans les coulisses de la vie sociale. En faisant porter l’interrogation sur les contraintes sociales et politiques de la gestion de son corps par l’individu, il entend explorer à présent l’autre versant de la question des épreuves corporelles en s’intéressant à l’extension du domaine du bien-être (physique et psychique), catégorie centrale aujourd’hui dans nos sociétés occidentales. En articulant et en décalant légèrement son axe de recherche sur le goût et le dégoût face au corps vers les métamorphoses du biologique, il s’agit d’interroger la tension entre attirance et répulsion pour le « naturel » aujourd’hui et de questionner les systèmes de classement mobilisés dans les processus de naturalisation et de biologisation des questions sociales.

JPEG - 22 ko
Découverte d’une fluorite rouge,
massif du Mont Blanc, 2007
(cliché G. Raveneau)

Membre du LESC depuis 2000, Gilles Raveneau participe également aux travaux sur les cultures sportives du Centre de recherches sur le sport et le mouvement (CeRSM), EA 2931, à Paris Ouest, et il est membre associé depuis 2004 du Centre nantais de sociologie (CENS), EA 3260, de l’université de Nantes où il collabore ponctuellement à certains enseignements. Il est responsable du Réseau de recherche thématique « Frontières du sport » de l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie et participe au réseau régional pluridisciplinaire Recherche et sport en Pays de la Loire depuis 2006. Il est par ailleurs coresponsable avec Dominique Memmi et Emmanuel Taïeb du Réseau thématique 17 « Gestion politique du corps et des populations » de l’Association française de sociologie (AFS) depuis 2006. Il est aussi membre du comité de rédaction et de lecture de plusieurs revues (Ethnologie française, le Journal des anthropologues, Sciences sociales et sport, Nature et récréation) et responsable de l’axe de recherche « Corps et sciences sociales » de la Maison des sciences de l’homme Paris Nord depuis 2009.

Gilles Raveneau est engagé depuis de nombreuses années dans des sociétés savantes et des associations dans lesquelles il a œuvré pour un rassemblement des ethnologues et des anthropologues. Il a été l’un des organisateurs des Assises de l’ethnologie et de l’anthropologie en France, en 2007, où s’est exprimée la volonté collective de fonder une nouvelle structure fédérative de la discipline. L’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) a ainsi vu le jour en janvier 2009 et Gilles Raveneau en a été le premier président (2009-2012).

Principales publications

  • 2016 éd. (avec D. Memmi et E. Taïeb), Le social à l’épreuve du dégoût (Rennes, Presses universitaires de Rennes).
  • 2011 éd. (avec O. Sirost), Anthropologie des abris de loisirs (Paris, Presses universitaires de Paris Ouest).
  • 2011 éd. (avec D. Memmi et E. Taieb), Anatomie du dégoût [n° thématique], Ethnologie française, 41 (1).
  • 2010 éd. (avec L. S. Fournier), Les cultures sportives au regard de la globalisation [n° thématique], Journal des anthropologues, 122-123.
  • 2009, Le prix des cristaux. Figures élémentaires de l’échange aujourd’hui, in J. Tolan (éd.), L’échange (Paris, L’Harmattan) : 233-247 [Logiques sociales].
  • 2008 éd. (avec L. S. Fournier), Anthropologie des usages sociaux et culturels du corps [n° thématique], Journal des anthropologues, 112-113.
  • 2008, Echanges agonistiques et confrontations sportives face à la violence, Esporte e Sociedade, 7 (1) : 1-15.
  • 2006 éd., Sports à risque, corps du risque [n° thématique], Ethnologie française, 36 (4).

     


Publications disponibles à la bibliothèque Éric-de-Dampierre

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 24 octobre 2016





Maître de conférences, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UFR des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS)

gilles.raveneau[at]mae.u-paris10.fr


English