Webmail
Annuaire
Accueil du site> Présentation du LESC > Projet intellectuel

JPEG - 66.3 ko

Projet intellectuel

> Read this page in English

JPEG - 31.4 ko
Albanie, 2008 (cliché E. Pistrick)

L’anthropologie, comme discipline, est en plein renouvellement, et le LESC participe de ce mouvement en s’appuyant sur des principes qui sont à la base de sa façon de faire : une vocation généraliste, et une pratique scientifique associant constamment enquête de terrain et spéculations théoriques.

Une vocation généraliste : par sa contribution à un inventaire raisonné des formes de société et de la diversité culturelle, le laboratoire participe à l’élaboration d’un savoir critique portant sur les facteurs d’unité du genre humain. L’unité de l’homme est ici conçue comme une aptitude générale de l’espèce humaine (mais non strictement propre à celle-ci) à s’organiser en société et à penser l’homme et la société, aptitude qui, seule, autorise l’exercice de la comparaison. Cette vocation généraliste est également portée par sa taille et la souplesse de son organisation, le nombre de chercheurs facilitant les recompositions thématiques et l’innovation.

JPEG - 38.8 ko
Pays dogon, Mali, 2006
(cliché S. Soriano)

Une pratique scientifique associant constamment enquête de terrain et spéculations théoriques : depuis sa fondation, le projet du laboratoire implique la recherche de terrain de longue durée, étayée par la connaissance de la langue, avec, si possible, des retours répétés sur les mêmes lieux d’investigation comme moyen privilégié de recueil de matériaux. Cette primauté accordée au terrain, à la production et à la conservation de données (devenue une politique prioritaire de la bibliothèque Éric-de-Dampierre) va de pair avec un accent (non exclusif) mis sur les terrains éloignés, non pour exclure ce qui serait de l’ordre du proche, mais parce que ce détour par l’autre favorise l’exercice de la comparaison.

La rigueur de la description ethnographique et le recours à des outils interprétatifs relevant de la sociologie comparative ou de l’anthropologie sociale expliquent l’importance accordée à l’analyse des formes de l’organisation sociale sur les cinq continents, aussi bien qu’à l’interprétation des systèmes de représentations. Si la méthode ethnographique se diversifie en intégrant les apports de la sociographie interactionniste, des outils quantitatifs, ou des protocoles expérimentaux inspirés des sciences cognitives, les institutions, quelles que soient leurs configurations, n’en demeurent pas moins au centre des préoccupations du laboratoire.

JPEG - 45.2 ko
Mexique, 2011 (cliché I. J. Cano Castellanos)

Le primat accordé à la maîtrise des langues vernaculaires, qu’elles soient ou non écrites, explique aussi le dialogue ancien et fécond avec la linguistique, par le truchement de l’ethnolinguistique et de nouvelles avancées en linguistique pragmatique, et avec les sciences cognitives. Ces champs sont particulièrement développés au sein du centre EREA ; l’approche cognitive est l’un des domaines d’interaction avec les ethnomusicologues du CREM.

L’histoire est depuis longtemps au cœur des préoccupations des chercheurs du laboratoire : l’exercice de la comparaison s’accomplit à partir de matériaux collectés à l’époque contemporaine, mais les inscrit dans des dynamiques historiques -entre autres celles des conditions de leur production. La comparaison diachronique permet de repérer transformations ou permanences structurelles, ainsi que les modalités de transmission ou de rupture qui organisent la perpétuation et les transformations des sociétés et des cultures.

Alors que s’intensifie le dialogue interdisciplinaire et que s’ouvrent de nouveaux champs aux lisières des savoirs établis, le LESC participe de ce mouvement en construisant des objets transdisciplinaires avec la géographie, les sciences politiques, la psychanalyse, ou les sciences du vivant, et ouvre de nouveaux champs à l’interface de l’histoire des sciences, de l’anthropologie de l’art et des techniques et de la muséographie, ou de la robotique.

C’est à un renouvellement dans la connaissance et dans l’espace intellectuel de l’anthropologie que le LESC aspire, avec l’ambition de contribuer fortement aux interrogations et aux recherches actuelles dans l’épistémologie de la discipline.

Contrat Creative Commons
Le contenu de cette page est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transcrit.

Mis à jour le 26 janvier 2017


Philippe ERIKSON
Direction

Baptiste BUOB
Direction adjointe

Patrick DESHAYES
Sous-direction (EREA)

Victor STOICHITA
Sous-direction (CREM)

Catherine BEAUMONT
Secrétariat

Monique DESCIEUX
Administration

Frédéric DUBOIS
Bibliothèque - Archives

Sandrine SORIANO
Publications


UMR 7186 – LESC
Maison Archéologie & Ethnologie René-Ginouvès
21, allée de l’université
92023 Nanterre cedex
tél. 33 (0)1 46 69 25 90
labethno@mae.u-paris10.fr

        


English