L’essor du Magdalénien – Aspects culturels, symboliques et techniques des faciès à Navettes et à Lussac-Angles

SÉANCE DE LA SOCIÉTÉ PRÉHISTORIQUE FRANÇAISE
« L’essor du Magdalénien – Aspects culturels, symboliques et techniques des faciès à Navettes et à Lussac-Angles »

17 & 18 octobre 2013
DRAC Franche-Comté
Salle A. Malraux
7 rue Charles Nodier, 25043 Besançon

Consulter le programme

La séance se propose de traiter des deux principaux courants qui témoignent de l’essor de la culture matérielle magdalénienne en Europe occidentale à la fin de la dernière période glaciaire (15500-14000 BP, soit 17000-15000 cal BC). Les pays principalement concernés sont la France, l’Espagne, la Suisse, l’Allemagne et la Pologne. Ces courants culturels, dits « faciès », ont été définis essentiellement à partir de leur équipement osseux, par la présence d’artefacts semblant s’exclure mutuellement : d’une part les navettes, probables manches d’outils, et d’autre part les pointes de sagaie de type Lussac-Angles. Ils se caractérisent également par leurs productions symboliques, pariétales et mobilières, à l’intérieur desquelles la représentation humaine paraît occuper une place singulièrement importante. C’est notamment au faciès « Lussac-Angles » qu’appartiennent deux sites majeurs de l’expression graphique du Paléolithique européen : le Roc-aux-Sorciers et sa frise sculptée monumentale, peinte et gravée, ainsi que la Marche et ses centaines de supports lithiques gravés.

Cette séance est initiée par le groupe de recherche dirigé par Geneviève Pinçon en charge de l’étude de l’abri orné du Roc-aux-Sorciers (Angles-sur-l’Anglin, Vienne). Elle fait suite au colloque sur le Magdalénien à « Navettes » qui s’est tenu à Argenton-sur-Creuse en 2004 (publié par Despriée, Tymula et Rigaud en 2009), et aspire cette fois-ci à mettre en perspective ces deux faciès qui font l’objet depuis une dizaine d’années de nombreuses recherches, dans le cadre d’étude de gisements et de travaux à l’échelle régionale. La confrontation pluri et interdisciplinaire des données issues des sphères techno-économique (industrie lithique, industrie osseuse) et symbolique (art pariétal, art mobilier, parure) devrait ainsi permettre d’étoffer leurs éléments diagnostiques, leur répartition spatiale et leur position chronologique respective. Nous souhaitons en particulier revoir la pertinence de leurs aires d’expansion, très contrastées. Actuellement, le premier, le faciès à « Navettes », s’étendrait de la France à la Pologne, tandis que le second serait plus localisé en Vienne et en Charente.

Cette séance sera l’occasion de commémorer le 100e anniversaire de la visite de la grotte Grappin (Jura) par les membres de la Société préhistorique française, l’un des sites les plus à l’est ayant livré des navettes et un art mobilier typique de ce faciès. Une sortie est prévue sur le site et au château d’Arlay qui se trouve à proximité.