Lucile PILLOT – La nécropole néolithique de Passy (France, Yonne, Ve millénaire av. J.-C.) : monumentalité, lieu de mémoire et temporalité en question

« La nécropole néolithique de Passy (France, Yonne, Ve millénaire av. J.-C.) : monumentalité, lieu de mémoire et temporalité en question »

Lucile PILLOT
Doctorante
UMR 6298 – ARTEHIS, UFR Sciences de la Terre et Environnement, Université de Bourgogne
Page personnelle

LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments.
11e colloque annuel de la MAE

Retour aux vidéos


Les vestiges de la nécropole néolithique de Passy nous donnent l’image d’un lieu funéraire marqué dans le paysage avec ses grands monuments. L’étude de ces derniers a révélé la complexité du lieu (succession de tumulus et d’entretiens par des fossés), lequel semble avoir perduré sur le temps long. À travers cet exemple, nous interrogerons la relation entre ces reconstructions et les intentionnalités sous-jacentes. En effet, la première étape de ces monuments (tumulus circonscrits par des fossés) révèle le souhait de rendre visible ce lieu. Par ailleurs, l’entretien de ces monuments dans un temps court (destruction partielle d’un tumulus) semble s’inscrire dans une démarche mémorielle. Mais si l’on envisage le lieu funéraire dans sa temporalité la plus longue (son occupation) l’on approche le millénaire pour ce qui est du Néolithique et bien au-delà si l’on considère les nécropoles protohistoriques, installées sur ce même lieu. Dans ce dernier cas, comment envisager une démarche strictement mémorielle sur le temps long ? Ainsi, à cette échelle de temps, il convient de s’interroger sur le passage possible d’un lieu de mémoire vers un lieu au paysage particulier (oubli de la fonction première au profit du symbole du lieu lui-même – un paysage rythmé par des monticules affaissés).