Paléorient 41-2

Paléorient 41.2 – 2015
Date de publication : janvier 2016
ISBN : 978-2-271-08957-1
Format : 22 x 28 cm
CNRS Éditions

Commander l’ouvrage

 


Paléorient ancien, Paléorient moyen, Paléorient récent…/ Early Paléorient, Middle Paléorient, Recent Paléorient… par O. Daune-Le Brun et A.-m. Tillier 5-7

Articles

  • M. BENZ, K. DECKERS, C. RÖSSNER, A. ALEXANDROVSKIY, K. PUSTOVOYTOV, M. SCHEERES, M. FECHER, A. COŞKYN, S. RIEHL, K.W. ALT and V. ӦZKAYA
    Prelude to village life. Environmental data and building traditions of the Epipalaeolithic settlement at Körtik Tepe, Southeastern Turkey, 9-30

Abstract: Recent archaeological discoveries, and refinements in genetic analyses and the archaeobotanical data, require a reconsideration of the nature of the emergence of sedentary farming communities in Southeastern Turkey. In the rescue excavations prompted by the Batman and Ilısu dam projects several early Holocene sites were discovered. For the first time, new data from Körtik Tepe now provide detailed evidence of a local Epipalaeolithic origin for these permanent settlements. In this article we summarize the results and analyses of the 2010-2012 excavations as well as palaeopedological and archaeobotanical data of the Younger Dryas layers at Körtik Tepe. Human isotope studies and the archaeological data suggest a permanent occupation of the site and might point to a local primordial adoption of a sedentary lifestyle in this region as early as the 11th millennium BC.

Résumé : De nouvelles découvertes archéologiques et le développement des analyses génétiques et archéobotaniques nous amènent à préciser la nature de l’émergence des communautés sédentaires agricoles en Anatolie du Sud-Est. Les fouilles de sauvetage effectuées dans le cadre de la construction des barrages de Batman et d’Ilısu ont conduit à la découverte de plusieurs sites de l’Holocène ancien dans la haute vallée du Tigre. Pour la première fois, de nouvelles données en provenance de Körtik Tepe fournissent des indices précis pour attribuer une origine locale de l’épipaléolithique à ces habitats permanents. Cet article présente de manière synthétique les résultats des campagnes de fouilles 2010-2012 et des analyses paléopédologiques et archéobotanique des niveaux du Dryas récent de Körtik Tepe. Les analyses isotopiques sur les os humains et les données archéologiques suggèrent une occupation permanente du site qui permet d’envisager qu’un mode de vie sédentaire a été adopté dans cette région dès le 11e millénaire avant notre ère.

Keywords : Southeastern Anatolia; Sedentism; Environmental archaeology; Younger Dryas.
Mots-clés : Anatolie du Sud-Est ; Sédentarisation ; Archéologie environnementale ; Dryas récent.

  • Y.H. HILBERT, V.I. USIK, C.S. GALLETTI, M.W. MORLEY, A. PARTON, L. CLARK-BALZAN, J.-L. SCHWENNINGER, L.P. LINNENLUCKE, R.G. ROBERTS, Z. JACOBS and J.I. ROSE
    Archaeological evidence for indigenous human occupation of Southern Arabia at the Pleistocene/Holocene transition: The case of al-Hatab in Dhofar, Southern Oman, 31-49

Abstract: The Neolithic peopling of Arabia is a subject of increasing debate, as different scenarios are proposed to describe the relatively sudden appearance of seemingly homogeneous archaeological sites throughout the south of the Peninsula during the Early Holocene. Such sites are identified by the co-occurrence of a laminar core reduction strategy with its supposed fossile directeur, the “Fasad point.” This techno-typological package has been used by some to link these sites with an expansion of pastoralists from the Levant. A recent study of blade technologies in Southern Arabia, however, demonstrates a large degree of internal variability within these reduction strategies, whilst an inter-regional study of Fasad points reveals this artifact category to be both time-transgressive and morpho-metrically variable across parts of Southern Arabia. Archaeological findings from al-Hatab rockshelter in Dhofar, Oman go further to challenge the notion of an expansion originating in the Levant and spreading across Southern Arabia. Here we demonstrate that an indigenous occupation with a blade technology and tanged points pre-dates the ‘Levantine expansion’ by at least four millennia. Based on the lithic assemblage from al-Hatab, we argue the Arabian Late Palaeolithic developed locally in Southern Arabia, forming part of the previously defined Nejd Leptolithic tradition. The evidence from al-Hatab in conjunction with recent genetic findings indicates that some groups in Southern Arabia have persisted there since the Late Paleolithic ca 13,000 years ago, if not earlier.

Résumé : Le peuplement néolithique de l’Arabie est devenu le sujet de nombreux débats, alors que différents scénarios ont été proposés pour expliquer l’apparition soudaine de sites archéologiques apparemment homogènes à travers le sud de la péninsule au cours de l’Holocène ancien. Ces sites sont identifiés par la concomitance d’une stratégie de débitage laminaire avec son fossile directeur supposé : la « pointe de Fasad ». Cet assemblage typo-technologique est utilisé pour relier ces sites à l’expansion de pasteurs venus du Levant. Une étude technologique récente sur le débitage laminaire d’Arabie du sud a cependant montré une forte variabilité parmi ces stratégies de débitage, alors qu’une étude interrégionale des « pointes de Fasad » révèle que ce type est à la fois trans-chronologique et de morphométrie différente suivant les régions d’Arabie. Les découvertes archéologiques dans l’abri d’al-Hatab, dans le Dhofar (Oman), contredisent le scénario d’une origine levantine, démontrant l’existence d’une occupation indigène qui possédait une technologie laminaire et des pointes pédonculées, et qui précédant ‘l’expansion levantine’ de plusieurs millénaires. Dans cet article, nous utilisons l’assemblage lithique d’al-Hatab pour définir une nouvelle industrie au sein du Paléolithique récent d’Arabie du Sud, qui se développe localement et appelée le Hatabien. Les vestiges provenant d’al-Hatab, ainsi que les données génétiques, suggèrent que des groupes en Arabie du Sud ont perduré sur place depuis le Paléolithique récent, il y a 10000 à 15000 ans.

Keywords: Arabian Peninsula; Refugia; Oman; Blade technology; Late Palaeolithic.
Mots-clés : Péninsule Arabique ; Zone refuge ; Oman ; Débitage laminaire ; Paléolithique récent.

  • A. SMITH, P.J. GRAHAM and G. STEIN
    Ubaid plant use at Tell Zeidan, Syria,  51-69

Abstract: This paper presents data from 47 archaeobotanical samples recovered from domestic and non-domestic portions of Tell Zeidan, a large Ubaid period site in Syria that lies at the confluence of the Euphrates and the Balikh rivers. Numerous pyrotechnic features indicate intensive and repeated craft production. Charred wood remains were very well represented in all pyrotechnic features, whereas dung remains were sparse, suggesting that wood was the predominant fuel. Cultivars recovered from the site include Hordeum vulgare subsp. distichum, Triticum dicoccum, free-threshing T. durum/aestivum, Lens culinaris, Vicia ervilia, cf. Pisum sp., and Linum usitatissimum. Statistically significant differences were observed between botanical assemblages from the pyrotechnic features and domestic portions of the site. In general, the preservation and diversity of plant use is greater in the domestic areas relative to the industrial area, although cultivars are present in both portions of the site. Cereal chaff and weed data indicate that hulled wheats were stored in cleaned spikelet form where they could be used on an as-need basis. It is possible that labor was pooled to process crops immediately post-harvest. The inhabitants of Zeidan may have used floodwater recession agriculture to cultivate crops and the unpredictability of this system may have prompted a social response that led to enhanced social complexity.

Résumé : Cet article présente les données de 47 échantillons archéobotaniques collectés dans des zones domestiques et non domestiques à Tell Zeidan, large site de l’Obeïd, en Syrie à la confluence de l’Euphrate et du Balikh. De nombreuses structures pyrotechniques indiquent une production artisanale intensive et répétée. Alors que les restes de bois carbonisés sont très bien représentés dans toutes les structures de combustion les traces de fumier sont rares, ce qui suggère l’utilisation prédominante du bois comme combustible. Les plantes cultivées attestées sur le site comprennent Hordeum vulgare subsp. distichum, Triticum dicoccum, free-threshing T. durum/aestivum, Lens culinaris, Vicia ervilia, cf. Pisum sp. et Linum usitatissimum. Des différences entre les échantillons provenant des zones domestiques et industrielles sont statistiquement significatives. En général, la préservation des plantes et la diversité de leur utilisation sont plus élevées dans les zones domestiques que dans la zone industrielle, même si des plantes cultivées sont attestées dans les deux espaces. Les données relatives à la balle des céréales et aux espèces adventices indiquent que les premières étapes du traitement des récoltes se déroulaient hors du site et que le blé vêtu était stocké sous la forme d’épillets nettoyés pour des besoins ultérieurs. Il est possible que le traitement des récoltes ait été effectué en commun juste après la moisson. Les habitants de Zeidan ont pu pratiquer une agriculture utilisant les eaux de décrue et la nature imprévisible de ce système peut avoir suscité une réponse sociale qui a conduit au développement d’une complexité sociale accrue.

Keywords: Syria; Ubaid; Archaeobotany; Agriculture; Social complexity.
Mots-clés : Syrie ; Obeïd ; Archéobotanique ; Agriculture ; Complexité sociale.

  • M. BIALOWARCZUK
    Experimental reconstruction of Late Neolithic local quartz exploitation patterns in the Arabian Gulf. New discoveries from Bahra 1, Kuwait, an Ubaid-site related site, 71-84

Abstract: The Bahra 1 archaeological site in Kuwait is an interesting example of an Ubaid-related settlement specialized in the manufacture of shell adornments. Almost all the lithics discovered at the site are strongly related to this specialization. The lack of flint outcrops in the neighborhood of the site determined the use of diverse other stone materials. Quartz played an important role, exceeding 25% of the material set, but its specific properties make this stone extremely difficult to analyze. The best way is to carry out knapping experiments in order not only to better understand fracture mechanics of this specific material, but also to establish framework criteria for analyzing archaeological quartz remains. A typology of the quartz assemblage from Bahra 1 is presented in this article and a reconstruction of the exploitation method based on experimental archaeology, altogether with a preliminary interpretation of the role of quartz artifacts in the lithic industries at the site.

Résumé : Le site de Bahra 1 (Koweït) constitue un exemple intéressant d’occupation de l’époque Obeïd, spécialisé dans la production d’ornements en coquillage. Presque toute l’industrie lithique découverte est étroitement liée à cette spécialisation. L’absence d’affleurement de silex autour du site a impliqué l’utilisation de diverses autres matières premières. Le quartz constituait plus de 25 % de l’ensemble du matériel lithique et jouait un rôle important, mais sa spécificité fait de lui un matériau extrêmement difficile à analyser. Ainsi, le débitage expérimental est la meilleure méthode d’analyse pour comprendre le mécanisme de la fracturation de ce matériau et pour établir une grille d’analyse des objets en quartz. L’article présente une typologie des artefacts en quartz de Bahra 1 et une reconstitution de la méthode de taille fondée sur l’archéologie expérimentale. Une première interprétation du rôle du quartz dans l’industrie lithique du site est également proposée.

Keywords: Arabian Neolithic; Chipped quartz industry; Experimental knapping; Quartz typology.
Mots-clés : Néolithique d’Arabie ; Débitage du quartz ; Taille expérimentale ; Typologie du quartz.

  • M. ARIMURA and A. SULEIMAN†
    A cultural unity in Northwestern Syria during the Neolithic. Tell Ain Dara III, a PPNB site in the Afrin Valley, 85-99

Abstract: Research on the Neolithic of Syria has been based on the results obtained from salvage excavations in the Middle Euphrates region. However, archaeological investigations over the past decade in other areas such as Northwestern Syria have increased our knowledge on the Neolithisation process on a broader scale, showing regional diversity in Syria during the Neolithic. This article presents results from the sounding at Tell Ain Dara III in the Afrin Valley, Northwestern Syria, and considers this site’s cultural affinity with neighbouring sites during this time period. The excavation, undertaken in 1991 by the Directorate-General of Antiquities and Museums, revealed a Late Pre-Pottery Neolithic B (PPNB, late 8th millennium BC) settlement with architectural remains associated with a rich variety of stone artefacts made from various raw materials. The site’s material culture, especially the lithic industry, closely resembles those from other Neolithic sites in Northwestern Syria. New evidence from this research at Tell Ain Dara III reinforces the previously suggested theory that sites in Northwestern Syria could have formed a cultural unity during the Late PPNB to the Early Pottery Neolithic periods (late 8th – early 7th millennia BC).

Résumé : La recherche sur les sites néolithiques de Syrie a longtemps reposé sur les résultats des fouilles de sauvetage dans la région du Moyen Euphrate. Cependant, les recherches archéologiques effectuées depuis de nombreuses années dans d’autres régions comme la Syrie du Nord-Ouest ont élargi nos connaissances sur le processus de néolithisation, montrant la diversité régionale en Syrie durant le Néolithique. Cet article présente les résultats d’un sondage réalisé à Tell Ain Dara III dans la vallée d’Afrin, au nord-ouest de la Syrie, et analyse l’affinité culturelle de ce site avec des sites voisins au cours de cette période. La fouille, entreprise en 1991 par la Direction générale des Antiquités et des Musées, a révélé un site du PPNB récent (fin du 8e millénaire av. J.-C.) où des vestiges architecturaux étaient associés à une grande variété d’objets de pierre fabriqués à partir de diverses matières premières. La culture matérielle du site, en particulier l’industrie lithique, ressemble beaucoup à celle d’autres sites néolithiques du Nord-Ouest de la Syrie et renforce la théorie proposée antérieurement que les sites du Nord-Ouest de la Syrie auraient formé une unité culturelle durant le PPNB récent et le Néolithique céramique ancien (fin du 8e – début du 7e millénaires av. J.-C.).

Keywords: Levant; PPNB; Lithic industry; Afrin Valley.
Mots-clés : Levant ; PPNB ; Industrie lithique ; Vallée d’Afrin.

  • A. SOLTYSIAK, A. WIERCIŃSKA and S.K. KOZLOWSKI
    Human remains from Newrik, Iraq. An insight into living conditions and burial customs in a Pre-Pottery Neolithic village, 101-104

Abstract: Nemrik 9/10 is a Pre-Pottery Neolithic site in Northern Iraq that was excavated in 1985-1989 by S.K. Kozłowski. The remains of at least 96 individuals were found in the excavated strata, most of which were dated to ca 9100–8600 BP. The bones were in poor condition, but several observations of taphonomic effects and indicators of diet, stress, physical activity, trauma and diseases were possible. First, a major change in burial practices occurred in Nemrik after ca 8900 BP. Prior to this date both adults and subadults were buried in domestic contexts. Moreover, there is some evidence of prolonged exposure of bodies. Later, the extramural cemetery was established for adults and multiple burials were replaced by single burials with no evidence of post mortem exposure. Inhabitants of Nemrik were farmers who based their diet on roughly processed cereals, but the pattern of dental wear suggests that it may have been comparable or even softer on average, than the diet of later Northern Mesopotamia inhabitants. Dental caries was extremely rare, but a high rate of linear enamel hypoplasia suggests stressful living conditions. The pattern of trauma and injuries is typical for a farming population and no evidence of interpersonal violence or injuries related to hunting was observed. In this respect Nemrik differs strikingly from the Proto-Neolithic cemetery found in the Shanidar Cave.

Résumé : Nemrik 9/10 est un site du Néolithique précéramique en Irak, fouillé par S.K. Kozłowski en 1985-1989. Les restes de 96 individus au moins ont été découverts dans des niveaux datés de ca 9100 à 8600 BP, pour la majorité. Les os étaient mal conservés mais plusieurs observations d’ordre taphonomique et sur les marqueurs permettant d’évaluer l’alimentation, le stress, l’activité physique, les traumatismes et maladies ont été possibles. En premier lieu, un changement important dans les coutumes funéraires est intervenu après ca 8900 BP. Adultes et sub-adultes étaient auparavant enterrés dans les espaces domestiques. Des indices d’une exposition prolongée des corps ont été également observés. Plus tard, le cimetière aménagé en périphérie a été destiné aux adultes et les sépultures multiples ont été remplacées par des sépultures individuelles sans aucun indice d’une exposition post mortem. Les habitants de Nemrik étaient des agriculteurs dont l’alimentation était à base de céréales mais le mode d’usure dentaire suggère que leur régime alimentaire était comparable ou même plus léger en moyenne que celui des populations plus récentes du nord de la Mésopotamie. Les caries étaient très rares mais le haut degré d’hypoplasie linéaire de l’émail suggère des conditions de vie très contraignantes. Les traumatismes et les blessures étaient caractéristiques d’une population agricole et aucun indice de violence entre personnes et de blessures en relation avec la chasse n’a été observé. Nemrik présente à cet égard des différences frappantes avec le cimetière proto-néolithique découvert dans la grotte de Shanidar.

Keywords: Bioarchaeology; Early farming; Taphonomy of human remains; Palaeopathology.
Mots-clés : Bioarchéologie ; Débuts de l’agriculture ; Taphonomie des restes humains ; Paléopathologie.

  • V. ESHED and D. NADEL
    Changes in burial customs from the Pre-Pottery to the Pottery Neolithic periods in the Levant: The case-study of Tel Roim West, Northern Israel, 115-131

Abstract: This paper presents burial practices at Tel Roim West (TRW), a small Neolithic mound located on the northern fringes of the Hula Basin, Northern Israel. There are rich Pre-Pottery Neolithic B (PPNB), PPNC and Pottery Neolithic (PN) layers at the site. Eight burials were excavated in the site, each defined as a grave of one individual. Three belong to the PPNB period and five to the PN period. Two PPNB adults were buried under plastered floors, in a flexed position and without the skull. A PPNB baby was buried above a plastered floor and beneath a stone ‘platform’. Four of the five PN burials were in simple pits, while one grave was built of stones; among them, three were marked by a large stone set on edge. The individuals were all in primary positions, in articulation and with the skull, and most probably were all buried in a flexed position. One burial was found with a seal, the others had no grave goods. TRW is one of the few mounds in the Southern Levant where PPNB and PN burials can be compared in the same site. These show continuity in some burial customs and innovations in terms of stone utilization.

Résumé : Cet article présente les pratiques funéraires à Tel Roim West (TRW), un petit tell du Néolithique situé sur les marges nord du bassin de la Hula, dans le nord d’Israël. Il comporte de nombreux niveaux du PPNB, PPNC et du Néolithique céramique. Huit sépultures ont été fouillées sur le site, chacune correspondant à une tombe individuelle. Trois d’entre-elles appartiennent au PPNB et cinq au Néolithique céramique. Deux adultes du PPNB ont été enterrés sous un sol de chaux, dans une position fléchie, sans le crâne. Un bébé du PPNB a été déposé au-dessus d’un sol revêtu de chaux, sous une ‘plateforme’ de pierre. Quatre des sépultures du Néolithique céramique étaient placées dans de simples fosses, tandis qu’une tombe était aménagée avec des pierres ; parmi elles, trois étaient signalées par une grande pierre disposée en bordure. Les individus étaient tous en position primaire, en connexion et avec leur crâne, et ont été très probablement enterrés en position fléchie. Une sépulture était accompagnée d’un sceau ; les autres n’avaient aucun mobilier d’accompagnement. Tel Roim West est l’un des rares tells dans le Levant Sud où les sépultures du PPNB et du Néolithique céramique permettent des comparaisons sur le même site. Elles montrent une continuité dans certaines pratiques funéraires et des innovations dans l’utilisation de pierres.

Keywords: Burial practices; PPNB; Pottery Neolithic; Tel Roim West.
Mots-clés : Pratiques funéraires ; PPNB ; Néolithique céramique ; Tel Roim West.

  • M. HEYDARI, H. FAZELI NASHLI, E. CORTESI and M. VIDALE
    A surface collection at Chegerdak, a Bronze Age centre in the Jazmurian basin (South-Eastern Iran), 133-155

Abstract: We describe a ceramic collection gathered during a preliminary visit to the site of Chegerdak, in the southern piedmont of the Jazmurian depression (Sistan-Baluchistan, South-Eastern Iran). Chegerdak is one of the many prehistoric locations of Jazmurian that in recent times were affected by extensive lootings of important cemeteries and settlement sites. The ceramics collected on surface witness a local settlement that flourished for a good part of the 3rd millennium BC; they also reveal important cultural links with the contemporaneous cultures and civilizations of the Halil Rud basin at north-west, the Sistan plains to the north-east and the Kech Makran valleys to the south-east.

Résumé : Nous présentons une collection de céramiques recueillies lors d’une visite préliminaire du site de Chegerdak, dans le sud de la plaine du Jazmurian (Séistan-Balochistan, sud-est de l’Iran). Chegerdak est l’un des nombreux lieux préhistoriques du Jazmurian qui ont été touchés ces derniers temps par de vastes pillages de cimetières et de sites d’habitat importants. Les céramiques recueillies en surface témoignent d’une civilisation qui a prospéré pendant une bonne partie du 3e millénaire av. J.-C. Elles révèlent aussi des liens culturels importants avec les cultures et les civilisations contemporaines de la vallée de l’Halil Roud au nord-ouest, avec la plaine du Séistan au nord-est et les vallées du Kech-Makran, au sud-est.

Keywords: Jazmurian; Bronze Age; Pottery; Halil Rud or Marhashi civilization.
Mots-clés : Jazmurian ; Céramique ; âge du Bronze ; Civilisation du Halil Roud ou de Marhaši.

Droits de réponse
C. Marro, V. Bakhshaliyev and R. Berthon
A reply to G. Palumbi and C. Chataigner 157-162

G. Palumbi and C. Chataigner
Answer to C. Marro, B. Bakhshaliyev and R. Berthon 163-166

Recensions 167-176