Pauline PIRAUD-FOURNET – Mashhad et Mawqaf, monuments funéraires druzes de Syrie du Sud

« Mashhad et Mawqaf, monuments funéraires druzes de Syrie du Sud »

Pauline PIRAUD-FOURNET
Doctorante en archéologie à l’Université Paris IV-Sorbonne (UMR 8167 – Laboratoire « Antiquité classique et tardive ») et chercheur associé à l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo)
Page personnelle

LE FUNÉRAIRE. Mémoire, protocoles, monuments.
11e colloque annuel de la MAE

Retour aux vidéos


La communauté druze, répartie entre le Liban, la Syrie, la Jordanie et la Galilée, a fait l’objet de nombreuses recherches ces dernières années (Rivoal, 2000, 2006 ; De Clerck, 2008 ; Roussel, 2011). Sur la base d’observations et d’entretiens, anthropologues et géographes ont décrit et analysé le déroulement des funérailles et la commémoration des personnalités défuntes. Ces phénomènes peuvent aussi être abordés par le biais de l’histoire de l’art : en Syrie du Sud, une soixantaine de mashhad-s, monuments célébrant la mémoire d’un militaire mort en martyr dans l’un des conflits qui ont secoué la région, ont été édifiés à partir des années 1970 le long des routes menant à la ville de Soueida. Quelques-uns ont déjà été présentés (La pioche et la plume, 2011), mais une étude plus globale permettrait d’aborder de nouveaux points

POSTER

(par exemple, ces mémoriaux parfois spectaculaires élevés par la famille du martyr existent-ils dans les autres régions habitées par les Druzes ?). Un autre type de bâtiment est lié aux cérémonies funéraires, le Mawqaf, vaste aire plus ou moins fermée, qui occupe diverses positions dans les villages. Les mawqaf-s, les mashhad-s et les cimetières constituent des éléments prégnants dans le paysage de cette région volcanique.