Quelle politique post-doctorale en sciences humaines et sociales ?

Journées prospectives « Université Paris Lumières »

Les 4 et 5 juin 2015
Campus Paris Ouest, bâtiment S, amphi S2

Programme susceptible de modifications

Télécharger le programme

En France, comme dans la plupart des universités occidentales, la condition de « postdoc » s’est généralisée à mesure que la culture de l’appel à projets s’est progressivement imposée comme vecteur essentiel du financement de la recherche. La structuration de cette recherche contractuelle et la situation postdoctorale diffèrent entre les pays et les traditions universitaires.

La contractualisation pour une durée déterminée de chercheurs titulaires d’un doctorat existe depuis 1999 et s’est généralisée à partir de 2003, année à partir de laquelle le Ministère de la Recherche a créé des postes de recherche contractuels pour jeunes chercheurs dans les universités. Le CNRS a organisé une grande partie de cet emploi contractuel par campagnes de recrutement national. Cette politique a été abandonnée dans le cadre de la révision générale des politiques publiques, de l’accroissement du budget de l’ANR et de la loi LRU sur l’autonomie des universités qui ont maintenant toute latitude pour recruter des postdocs.

Dans un rapport sur les post-doctorants étrangers remis en septembre 2008 au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’Académie des Sciences a alerté la puissance publique sur les difficultés de notre pays à prendre la mesure d’un marché de l’emploi scientifique international très compétitif pour les post-docs auquel ne sont pas consacrés suffisamment de moyens, ni ne sont déployées les conditions propices pour susciter une attractivité. L’Académie n’hésitait pas alors à parler d’un véritable « gâchis de nos moyens ». Comme les rapports évoqués précédemment, ces recommandations se concentrent principalement sur la situation de l’emploi post-doctoral dans les disciplines scientifiques et l’ingénierie et comme souvent, la spécificité des disciplines SHS n’est pas prise en compte dans la réflexion.

Il nous semble ainsi important de dresser un état des lieux comparé aussi exhaustif que possible des parcours de recherche en SHS, des profils spécifiques de post-doctorat dans ces disciplines entre poursuite de la formation personnelle, contrats de recherche appliquée, recherche de financements ou participation à l’enseignement. Les journées de prospective organisées par l’Université Paris Lumières ont ainsi pour ambition de dresser un état des lieux d’une décennie de politique de l’emploi postdoc en France en général et en SHS en particulier en réunissant des acteurs institutionnels, des responsables de programme et d’agences oeuvrant pour la professionnalisation des docteurs en France et à l’étranger et en confrontant des expériences concrètes de post-doctorants en France et à l’étranger.

Jeudi 4 juin

– Accueil de 9h15 à 9h30

– 9h30

Ouverture des journées par le président de l’Université Paris-Lumières avec Danièle Tartakowsky (présidente de l’Université Paris 8), Jean-François Balaudé (président de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Pierre-André Jouvet (Université Paris Ouest, coordinateur projet PIA2)

Introduction : Isabelle Rivoal (CNRS, Directrice scientifique adjointe de la Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès) et Pascal Marty (CNRS, Directeur adjoint scientifique Europe et international à l’INSHS) : « Quelle est la situation des post-docs en SHS en France et quelle politique scientifique peut-on construire pour la Comue Paris-Lumières ? »

– 10h00-12h30

Table-ronde : La situation du post-doctorat en SHS à l’université et au CNRS
Animatrice : Laurence Gavarini (vice-présidente recherche, Université Paris 8)

  • Daniel Bertsche (responsable des programmes post-doc, the Andrew W. Mellon Foundation, University of Chicago) http://mellon.org/
  • Maria Schulze (Secrétaire générale de l’Association TAFER, Association pour la Transparence des Aides et Financements d’Etudes et de Recherche)
  • Bérénice Kimpe (Chargée de coopération avec l’espace germanophone, Association Bernard Gregory intelliagence, agence de rapprochement entre monde économique et académique) http://www.intelliagence.fr/
  • Arnaud Roujou de Boubée (executive director, Commission franco-américaine, Fulbright) http://www.fulbright-france.org/gene/main.php
  • Nicolas Poussielgue (Responsable département recherche, Campus-France, Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale) http://www.campusfrance.org/fr/
  • Charles Tijus (Université Paris 8, directeur du LUTIN – cite des sciences et de l’industrie) http://www.lutin-userlab.fr/

– 14h30-17h30

Table-ronde : Post-docs à l’étranger – expériences et structures d’accueil
Animatrice : Isabelle Rivoal (CNRS, dir. adj. Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès)

  • Flavia Carraro (Post-doc Marie Curie à l’université de Copenhagen)
  • Anouk Cohen (chargée de recherche CNRS, post-doc Chicago et John Hopkins)
  • Manuel Covo (Post-doc John Carter Brown Library, Brown University à Providence; post-doc Library Company of Philadelphia, University of Pennsylvania)
  • Bérénice Gaillemin (Post-doc John Carter Brown Library, Brown University, post-doc à Dumbarton Oaks, Harvard University, post-doc labex Hastec)
  • Sébastien Manem (ingénieur de recherche CNRS, Post-doc University College of London, Boursier Marie Curie)
  • Anna Poujeau (Chargée de Recherche CNRS, post-doc université Liège, post-doc au Labex Hastec, Post-doc CNRS Fondation Thiers)

– 17h30 Cocktail

Vendredi 5 juin9h30-12h30 

Table-ronde : Quelles structures pour l’accueil des post-docs dans les unités et pour l’accompagnement dans le montage de projets?
Animateur : Frédéric Beaumont (Chargé de la mobilité professionnelle des doctorants, Université Paris-Lumières)

  • Anne-Lise Chenet-Pflieger & Miguel Angel Rodriguez (Direction de la Recherche et des Etudes doctorales, Université Paris-Ouest)
  • Jo Dullaghan (Research administrator / Communication officerUniversity College of London)
  • Frédéric Hurlet (Professeur Université Paris Ouest, directeur de la MAE, rapporteur et Expert ERC, membre du Panel SH6, Starting Grant)
  • Frédéric Keck (Directeur du département recherche et enseignement, Musée du Quai Branly)
  • Marie-Claire Lavabre  – sous réserve – (Directrice de l’ISP, responsable scientifique du Labex ‘Les passés dans le présent’)
  • Marie-Louise Nosch (Research Professor, Saxo Institute, University of Copenhagen, Head of The Danish National Research Foundation’s Centre for Textile Research)
Organisation :
Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès et Direction de la recherche et des études doctorales (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

logo_UPL_70pix

ParisOuest_web

Paris8_web

CNRS_web

MAE_web