"Dharih"
Une étape nabatéenne au nord de Pétra. (Jordanie)
Exposition hiver 2006

Commerce, religion, agriculture Maisons, huileries, hôtellerie, tombeau Bétyle d'al-Uzza à la chapelle de la Theotokos Stucs, stèles, figures, cornes
Commerce, religion, agriculture : des Nabatéens à l’Islam .
 
© Mission Archéologique de Dharih
 
Le village nabatéen et romain s’étage sur les pentes.


Plus ancienne route de la Jordanie moderne, la « route des Rois » des biblistes et des guides touristiques , en réalité « route du Sultan » d’époque ottomane, emprunte le grand itinéraire caravanier nord-sud des Nabatéens de Bosra à Hégra. Dharih est précisément sur cet itinéraire, dont seule la route militaire romaine s’est un peu écartée. Au sein des ruines, la place occupée par le sanctuaire est considérable par rapport à celle des autres constructions : Dharih nous apparaît avant tout comme une halte religieuse sur un axe caravanier. Lors de la réoccupation antique tardive, d’abord chrétienne, le complexe religieux, devenu une petite église, est le centre d’un petit village. L’islamisation aurait pu ne jamais advenir, dans ce village abandonné au IXè siècle : mais de belles inscriptions arabes islamiques en coufique montrent la maîtrise des musulmans sur les lieux dès la fin du VIIè siècle. C’est sans doute à nouveau la position sur la grand’route qui a joué. La localité, par ailleurs, n’aurait pu vivre sans le bon potentiel agricole de cette vallée du Laaban : sources, terres planes, rochers accueillants pour les pressoirs, qui ont permis à un village nabatéen puis nabatéo-romain de se développer sur les pentes au-dessus du sanctuaire.

  Accueil
  Expositions d'archéologie
    Expositions d'ethnologie
 
  Expositions posters scientifiques
       
    Contacts
 

 
   
Maison René-Ginouvès. 21, allée de l'université, F-92023 Nanterre Cedex. Tél: 33 (0) 1 46 69 24 00 . Fax: 33 (0) 1 46 69 24 51