© Jacques Mercier

 

 

 

Rouleaux protecteurs.

 

En raison de l'isolement relatif de l'Ethiopie, la culture écrite, qui fait figure de conservatoire d'éléments antiques, s'est trouvé en contact compétitif avec les religions locales orales, en perpétuel remodelage, en particulier dans le champ thérapeutique où l'addition des savoirs est de rigueur, par contraste aux conduites dogmatiques exclusives. Des métissages, voire des hybridations en ont résulté. Deux exemples sont illustrés ici :

De l'écrit à l'oral : le moine Zera Buruk (Semence bénite), qui vivait vers 1700, mène aujourd'hui une double vie, d'un côté dans le sanctuaire de l'église où il est enterré, de l'autre parmi les esprits zar qui chevauchent ou même habitent les corps des humains.

De l'oral à l'écrit : l'art talismanique, déjà mâtiné d'imagerie chrétienne archaïque, a été adapté à l'interprétation locale de la maladie comme possession par un esprit. D'où un art à la fois conservateur et novateur.