© : André Pelle

 

   L'oeil s'adapte et, hélas ! notre regard s'habitue. Loin des interminables ciels nuageux du Nord de la France, Alexandrie est faite d'ombre et de lumière. Peu importe le quartier, d'Anfushi à Kom el Chougafa, ou de Kom el Dikka à Shatbi el Bahr, des milliers d'images hautes en couleurs, mais temporellement éphémères, existent de par l'éclat que leur donne le soleil à telle ou telle heure de la journée. Remontez la même rue quelques heures plus tard, d'autres images existeront dans un faisceau de lumière et les précédentes, devenues plus ternes à l'ombre, sembleront disparues.

Comment cadrer ?

Sur cette image du vieux port, juste là où furent le Phare ou autres palais engloutis de Cléopâtre, trois vues semblent maintenant s’offrir à notre regard : ici, c’est un panorama du port sur fond de ville ; puis là, une image « plus ethnographique » représentant un jeune pêcheur. L'autre image en bas à gauche, avec un cadrage serré sur une barque multicolore, relève d'un autre regard, celui où la fonction de l’objet ne nous importe plus et où l’objet même n’est plus notre centre principal d'intérêt.
L'image fonctionne par une association de couleurs vives, primaires, bleu, jaune, rouge....ainsi que par un entrelacement de droites et de courbes. Ici les couleurs s'opposent. Ailleurs plus loin dans la ville ou très proches de vous, des tons monochromes se confondent dans une composition spontanée d'objets. C'est cette Alexandrie qu'à chaque retour je retrouve, mais n'ai-je pas la chance d'avoir un oeil toujours neuf.

Remerciements

Je voudrais remercier Mohamed, Saïd, Ibrahim, Ahmed, Khaled.... qui, après avoir tenté de me ramener vers la colonne Pompée ou autres vestiges archéologiques photographiables, ont finalement accepté en souriant que je photographie leurs chaises, leurs narguilés ou leurs vélos. 

L'exposition a été réalisée par la Maison René Ginouvès (UMS 844)
Textes et photos : © André Pelle (USR 3225), Nanterre.
La reproduction des photographies est interdite.