© Bernard formoso

Région de Jinping (préfecture de Hekou). Jeune fille Yao Mohong (« Tête rouge ») reconnaissable par son turban, qu’elle porte seulement le jour du marché.

Les Miao-Yao présentent le plus large spectre de dispersion des minorités du sud de la Chine puisqu'ils sont établis dans toutes les provinces méridionales du pays, y compris sur l'île de Hainan. La migration de certains de leurs éléments plus au sud (Vietnam, Laos, Thaïlande) est assez tardive, puisqu'elle remonte aux XVIII e-XIX e siècles. Les Miao qui, dans la plupart des cas, se disent Hmong (« hommes »), tout comme les Yao, se divisent en de multiples groupes se définissant généralement par référence aux costumes que portent quotidiennement femmes ou hommes. On distingue ainsi les Hmong « à manches galonnées », des Hmong « fleuris », des Hmong « cauris », des Hmong « verts »... Les tenues des Hmong et des Yao se caractérisent par des broderies d'une très grande finesse. Dans les deux ensembles de populations, c'est la partie inférieure du vêtement — jupe ou pantalon — qui est la plus travaillée. La coiffe indique, de manière manifeste, les différences de statut social.