© J.F Bouchard  
Maisons palafittes, quartier d'invasion Exporcol à Tumaco

 

La côte nord équatoriale est longtemps restée en marge du monde moderne de la Colombie et de l’Equateur. Très souvent, les entreprises qui s’y établissent ne cherchent qu’à l’exploiter en extrayant l’or alluvial, en abattant la forêt pour vendre les bois précieux, ou en exportant les produits de la pêche, tout en laissant les populations locales dans un sous-développement critique. Depuis peu, de nouvelles espérances sont nées de cultures comme la palme à huile ou l’élevage de crevette d’aquaculture. Dans ces deux cas, les milieux naturels sont détruits pour planter des palmiers ou creuser des bassins, en arasant au passage les sites archéologiques. Si certaines de ces nouveautés s’avèrent rentables au début –surtout pour les investisseurs lointains-, beaucoup périclitent vite sans apporter aux populations locales la prospérité qu’ils espéraient. Il est à craindre qu’à terme, il ne reste qu’un milieu très endommagé et des populations encore appauvries. On souhaiterait que l’homme moderne sache, lui aussi, trouver les voies de développement menant à un équilibre tel que celui qu’avaient atteint les anciennes populations amérindiennes.