Un char en train de changer de direction :
fête de Giön, ville de Kyoto, Kyoto
 

En 1938, à l’aide d’un photographe, Leroi-Gourhan prend des clichés sur verre de trois fêtes traditionnelles qui sont célébrées successivement :

le 19 juin - la fête du repiquage du riz à Mukomachi,
le 22 juin - la fête de la coupe des bambous au temple de Kurama,
le 17 juillet - la fête de Giön.

Les fêtes du repiquage continueront à s’effectuer partout dans l’archipel, jusque dans les années 50, mais elles disparaîtront par la suite, avec l’introduction de la machine à repiquer des pousses du riz. Au moment de la Guerre puis des désordres de l’après-guerre, la fête de Giön dut être interrompue. Depuis sa reprise, cette fête a tendance à être de plus en plus touristique et attire beaucoup de monde. La fête de la coupe des bambous garde, au contraire, encore une forme assez traditionnelle, grâce à une situation plus isolée.