Une famille dans un hamac, avec leur paresseux domestique

 

Les grandes maisons communes, dites shobo , abritent plusieurs familles nucléaires, chacune disposant d'un compartiment et entretenant son propre feu. Les repas y sont pris collectivement, tôt le matin et tard le soir, au milieu du bâtiment. Des abris provisoires, avec des toits de palmes, sont également construits en forêt lorsque l'on part en expédition pour s'approvisionner en viande fumée.
Le gros gibier (tapirs, cochons sauvages) se chasse à l'arc, tandis que le gibier arboricole (différentes espèces de singes et d'oiseaux) est tué avec des sarbacanes qui mesurent près de quatre mètres. Les petits de certaines proies sont parfois conservés comme mascottes. Elevés comme animaux de compagnie, ils échappent d'autant plus facilement à la casserole que le gibier abonde.
Secret des hommes, le poison de chasse se prépare loin du regard de leurs compagnes, dans des abris en forêt. Chacun prépare son propre curare, laissant réduire sa décoction à feu très doux, tout en entonnant des incantations magiques. Il faut s'efforcer de rester assis près de son feu aussi immobile que possible, dans l'espoir que le gibier se montre ultérieurement tout aussi apathique.