Dolgane partant seul chasser le renne sauvage. Région de Popigaï, Taïmyr. Printemps 1996. Photo (ER)
 

En préhistoire, la reconstitution des formes de la mobilitéest fondée sur la caractérisation fonctionnelle des sites, sur la possibilité de différencier leurs statuts respectifs et leur place dans les stratégies de subsistance exploitant un environnement partiellement identifié. Dans les limites du cercle polaire, la toundra correspond aux grandes plaines septentrionales semées de marécages et de lacs. Un fragile lichen est la seule végétation qu'autorise un permafrost profond et durable. Dans les vallées fluviales pousse un couloir forestier de bouleaux nains et de cèdres rampants. Au sud, la toundra arborée présente de claires forêts de mélèzes et de bouleaux. Lui succède progressivement la taïga couverte de forêts de conifères et de feuillus. Partout, des hivers très longs et rigoureux sont suivis d’une belle saison courte.
Le renne est l’animal du grand nord car ses propriétés biologiques lui permettent de supporter les basses températures, et il sait, en s'aidant d'un sabot, chercher les lichens sous l'épais manteau de neige. Par ailleurs, une grande variété de poisson peuple les lacs et les rivières.
Face à des environnements hostiles, le renne et l’homme ont lié leurs existences, pratiquant ensemble le seul mode de vie possible, migration/nomadisation. Le rythme et la nature de ce mouvement varient en fonction de la latitude et des saisons. Partout, en dépit de la motoneige, les rennes restent le principal moyen de locomotion. Certains groupes montent régulièrement ou occasionnellement leurs rennes. Tous circulent en traîneau. Lors de la nomadisation, attelés en nombre variable selon le type de chargement, mais aussi la saison, les rennes transportent hommes et biens.
Dans toute la Sibérie, la peau de renne reste la matière première essentielle des couvertures d’habitation, dont les techniques de fabrication varient : peaux d’hiver ou d’été, telles que, tondues ou tannées, etc. La forme de l’habitation varie elle aussi : conique pour le tchoum, ou rectangulaire, cylindrique à voûte hémisphérique pour la yaranga tchouktche ; caravane montée sur patin pour le balok dolgane.
Le nomadisme se fait en groupe plus ou moins important selon les saisons, fonction à la fois des capacités de l’environnement à subvenir aux besoins des hommes, mais aussi de l’intensité des soins à porter au troupeau domestique dont le comportement change tout au long de l’année. Lorsqu’il y a plusieurs cellules familiales, leur positionnement les unes par rapport aux autres varie en fonction de la saison ou de la région, mais reste toujours significatif de la structuration sociale du groupe. De grands rassemblements marquent l'arrivée du printemps et celle de l'hiver.
Dans la mesure où il est possible d’identifier différentes variables environnementales, l’étude cherche à cerner la manière dont les groupes répondent à chacune de ces contraintes, et à identifier les corrélations existantes entre le degré de contrainte de l’environnement (même saisonnier), la taille du groupe, et le degré de mobilité