© MAFCX

 

La tête calée par un oreiller les momies de Djoumboulak Koum ont été retrouvées allongées sur le dos, genoux relevés, le visage recouvert d’un suaire rouge. Vêtues d’une tunique et d’un pantalon ou d’une jupe, elles portaient aussi un bonnet, une pelisse en cuir, des moufles et des bottes.

Parés de plumes ou de perles de verre, les défunts étaient accompagnés d’objets familiers : bols en céramique contenant un brouet de céréales (pour tous), couteau ou peigne, pointes de flèche en fer ou pierre à aiguiser (pour les hommes), fusaïole (pour les femmes).

 

Trois de ces momies sont uniques en leur genre :

-(Celle d'une femme âgée au visage peint, le front ceint d’un diadème en cuivre et d’une haute coiffe composite en bois, cheveux, feutre et crin de cheval se terminant par une longue pointe en fer ;

-Celle d'un homme à pelisse ornée d'appliques en cuir teint et à pantalon brodé de médaillons composés de fleurons, motif hérité de la tradition achéménide par l’intermédiaire des steppes ;

-Celle d'un jeune homme supplicié.