© MAFCX

 

Conjuguée à l’examen des artefacts ayant pu servir au filage/tressage/tissage et à la préparation des peaux, l’étude des vêtements en textile, feutre, cuir et fourrure a permis de recueillir des informations couvrant l’ensemble des chaînes opératoires considérées (sélection et préparation des matières premières ; teinture, construction, coupe et assemblage des vêtements ; contexture, ornementation, fonction et utilisation des produits finis).

Cette étude a donné naissance à un programme plus vaste de recherche sur les textiles et les produits colorants du Xinjiang et d’Asie centrale (avec S. Desrosiers, EHESS-UMR8558 ; D. Cardon, UMR5648 ; W. Nowik, LRMH).

Nous espérons mettre ainsi en évidence des réseaux de savoirs et de techniques à partir des découvertes du Xinjiang et de l’Altaï (Kazakhstan et Russie) qui, grâce à la sécheresse ou au pergélisol, ont en commun une remarquable conservation des matériaux organiques. Ce programme nécessite la mise au point de nouvelles méthodes d’analyse et la constitution d’importantes banques de données dans des domaines encore mal documentés. Il devrait nous permettre de disposer à terme d’un référentiel utilisable à l’échelle de l’Asie centrale.