Près de la tombe d’un éleveur évène, les bois de ses rennes sacrifiés Pour l’accompagner dans l’au-delà sont accrochés à un trépied. Région de Sredne-Kolymsk, Yakoutie. Automne 2000.
Photo (JRL)

À l'exception de ce qui peut transparaître dans l'art, le symbolisme est difficilement accessible à travers les données auxquelles nous avons directement accès en préhistoire.
Les sociétés pastorales d’Extrême-Orient sibérien dépendent de leurs rennes. Elles ont pour trait commun de construire le monde et la société sur une véritable symbiose entre l’homme et l’animal, lequel , par sa fourrure, sa chair, sa graisse, ses tendons, son sang circule dans toutes les sphères du social. Objet principal de la domestication, le renne apparaît ainsi comme un archétype de comportement pour les humains dans des domaines comme l’organisation sociale, la filiation, les rapports hommes femmes ou encore les pratiques ludiques.
Fondé sur l’observation minutieuse des différents types d’interactions apparaissant au sein des troupeaux, ainsi que sur l’imitation des conduites corporelles du renne, ce processus de modélisation s’inscrit dans une « logique d’élevage » sibérienne. Celle-ci place humains et animaux dans un rapport de réciprocité et d’interdépendance, où les pratiques des uns font écho à celles des autres, en même temps qu'ils sont à égalité dans le grand système où chaque espèce trouve sa place.
C’est en contexte rituel que s’exprime le mieux l’idée d’une prééminence du « modèle renne » dans les représentations religieuses des peuples d’élevage sibériens. En effet, le renne (et ses différentes figurations ou représentations) se retrouve non seulement dans les nombreuses séquences internes qui ordonnent les rites d’élevage, mais il en est aussi le moteur externe principal, puisque c’est le cycle naturel des troupeaux domestiques qui détermine pour une grande part le calendrier rituel.